Drôme : un forcené abattu après s'en être pris à des gendarmes

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.
Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.

Dans la nuit de lundi à mardi, dans la Drôme, un homme a blessé trois gendarmes avant que ses victimes ne ripostent et l'abattent.

Les faits se sont produits dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 juillet dans la commune de Tersanne (Drôme). Les gendarmes ont abattu un homme qui venait de blesser trois d'entre eux. L'acte du forcené n'aurait aucune motivation terroriste.

Peu après minuit, un homme appelle la gendarmerie en leur signalant qu'"il y a des individus suspects qui rôdent". Les forces de l'ordre se rendent alors au centre du village, et la voiture de la patrouille d'être prise pour cible par l'individu même qui avait contacté les autorités. Après qu'il a tiré au fusil de chasse sur le véhicule, dans lequel se trouvaient deux gendarmes, le pare-brise a volé en éclats, blessant de ce fait légèrement les deux occupants de la voiture. Ces derniers ont ensuite été pris en charge à l'hôpital local de Saint-Vallier.

Un forcené appelle les gendarmes et leur tire dessus

Nos confrères de France Bleu rapportent que les autorités décident alors de dresser un périmètre de sécurité, et l'unité d'intervention spécialisée d'Orange (PI2G) d'arriver en renfort. La nuit durant, des négociations vont tenter d'être établies entre les forces de l'ordre et le tireur.

Des premiers échanges qui vont sembler attester de motivations n'ayant pas de lien avec le terrorisme. Un peu avant 5h30, le forcené va avancer vers les gendarmes en leur tirant une nouvelle fois dessus, blessant ainsi un troisième gendarme.

Des motivations inconnues

C'est à ce moment-là que les autorités répondent aux tirs essuyés et abattent l'homme, considérant avoir riposté là "en état de légitime défense". Il va désormais notamment s'agir de déterminer quelles étaient les motivations précises du forcené, dont on croit savoir à l'heure actuelle qu'il serait âgé de moins de 30 ans.

La section de recherches de Grenoble et la brigade de recherches de Romans se sont vues attribuer la responsabilité de l'enquête.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article