Dépôt de bilan imminent pour le voyagiste Fram

Par , publié le
Économie Le conglomérat chinois HNA, associé à un partenaire minoritaire français, a déposé une offre "ferme" pour le rachat de Fram,voyagiste français en difficulté
Le conglomérat chinois HNA, associé à un partenaire minoritaire français, a déposé une offre "ferme" pour le rachat de Fram,voyagiste français en difficulté

Après le retrait de l’offre d’achat du groupe chinois HNA, le voyagiste Fram devrait annoncer son placement en redressement judiciaire lors d’un comité d’entreprise exceptionnel.

Les salariés du voyagiste français Fram avaient encore un peu d’espoir la semaine dernière alors qu’un investisseur chinois se présentait pour tenter de sauver le groupe. Mais depuis le retrait de cette offre de reprise, la faillite du groupe créé à Toulouse en 1949 semblait inévitable.

Une convocation exceptionnelle du comité d’entreprise du voyagiste vient d’être postée ce lundi 26 octobre 2015. Ce dernier se réunira le 29 octobre 2015 pour statuer en faveur du dépôt de bilan.

Dépôt de bilan pour Fram

En proie à de grosses difficultés financières suite à l’effondrement de l’intérêt touristique de certains pays phares de son offre comme la Tunisie, Fram espérait redresser la barre grâce à l’offre de reprise du groupe chinois HNA qui s’est finalement rétracté le 20 octobre.

En 2013, Thierry Mireront avait pris la tête du groupe pour le quitter 9 mois plus tard en annonçant l’avoir remis « sur les rails du profit ». Force est de constater que cela n’a pas été suffisant.

Quid des 670 salariés du groupe Fram ?

Le sort des 670 employés du tour opérateur reste donc suspendu à la décision du comité d’entreprise extraordinaire de jeudi. Selon une source proche de ce dernier citée dans le Bien Public, le placement en redressement judiciaire « devrait permettre de faciliter la reprise de Fram ».

Il semble donc qu’il reste une infime chance de sauver l’entreprise. Le groupe français Karavel, qui détient notamment le label Promovacances, pourrait alors se placer pour effectuer un investissement de 50 millions d’euros minimum déboursés en collaboration avec le fonds LBO France.

Crédits photos : © AFP/Archives Mychele Daniau

Partager cet article