Decazeville : la maternité restera fermée encore six mois suite à la mort d'une mère et de son enfant

Par , publié le
Santé
Une mère et son enfant sont morts lors d'un accouchement au centre hospitalier de Decazeville, dans l'Aveyron

L'ARS a estimé ce jeudi que les conditions de sécurité ne sont pas réunies pour permettre la réouverture de la maternité de Decazeville suite au décès d'une mère et de son bébé en octobre dernier.

L’Agence Régionale de Santé Occitanie vient de rendre son verdict, et ce sera 6 mois de fermeture supplémentaires pour la maternité de Decazeville, en Aveyron.

Les conclusions de la mission d’inspection de l’établissement sont accablantes.

Une mère et son enfant décèdent à la maternité

Cette mission d’inspection a été diligentée à la suite du décès d’une mère et de son nouveau-né dans la nuit du 5 au 6 octobre dernier lors d’un accouchement par césarienne. Pour l’ARS, la maternité de Decazeville présente « des dysfonctionnements dans l’organisation des soins » et « un non-respect d’exigences réglementaires, qui engendrent des risques graves pour la sécurité des activités obstétricales. »

Des manquements qui ont donc conduit l’agence à prolonger la fermeture de la maternité de 6 mois supplémentaires. Une période qui devra servir à l’établissement afin de « réunir l’ensemble des conditions de qualité et de sécurité nécessaires à une reprise d’activité »

Les accouchements orientés vers d’autres établissements

Pendant cette période de 6 mois, les futures mamans pourront assurer le suivi de leur grossesse à Decazeville, mais elles devront aller accoucher dans d’autres établissements de la région. L’agence indique qu’elle sera « particulièrement vigilante » sur la prise en charge des futures mères.

Menacée de fermeture à plusieurs reprises, la maternité de Decazeville est l’un des emblèmes de la lutte contre la désertification médicale. Située à 35 kilomètres de Rodez, elle pratique moins de 300 accouchements par an. Le collectif Tous ensemble composé d’élus, de représentants syndicaux, de personnels de santé et de membres d’associations dénonce à nos confrères de La Dépêche du Midi « un tribunal à charge » et redoute un nouveau drame, car les autres maternités les plus proches sont trop éloignées, entre 30 mn et plus d’1 heure de route.

Crédits photos : © AFP/Archives PHILIPPE HUGUEN

Partager cet article