Pas-de-Calais : l'un des plus jeunes maires de France mis en examen

Par , publié le
Politique
Stéphane Sieczkowski-Samie

Stéphane Sieczkowski-Samie, maire d'Hesdin dans le Pas-de-Calais et l'un des plus jeunes élus de France, a été mis en examen vendredi pour "complicité de faux et d’usage de faux en écriture publique" et "prise illégale d’intérêt".

Aujourd'hui âgé de 25 ans, Stéphane Sieczkowski-Samie demeure encore aujourd'hui l'un des maires les plus jeunes de France. Élu à la maire d'Hesdin, dans le Pas-de-Calais, le jeune homme est aujourd'hui soupçonné d'avoir favorisé sa mère dans un dossier de gestion de logements municipaux.

Le maire divers droits a été placé en garde à vue pendant environ 48 heures, avant qu'un juge d’instruction de Boulogne-sur-Mer ne décide de sa mise en examen vendredi pour "complicité de faux et d’usage de faux en écriture publique" et"prise illégale d’intérêt".

Un jeune maire de France suspecté d'avoir favorisé sa mère

Nos confrères de Ouest-France rapportent que tout serait parti d’une délibération en sous-préfecture de Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais) envoyée par Stéphane Sieczkowski-Samie. Ce dernier présentait cette délibération comme véritable et décidée à l'unanimité. Les conseilleurs municipaux ont cependant déclaré n'avoir aucun souvenir de ce texte.

Le document mettait la mère de Stéphane Sieczkowski-Samie, Christiane Samier et agent immobilier dans la commune, en position favorable dans un dossier de gestion de logements municipaux. La justice de Boulogne-sur-Mer l'a également mise en examen pour "prise illégale d'intérêt par personne investie d'un mandat électif", de même que le chef de la police municipale pour "faux et usage de faux en écriture publique par personne dépositaire de l'autorité publique".

"Il n'y a eu aucun préjudice pour la commune"

L'élu pas-de-calaisien, en place depuis mars 2014, s'est défendu des accusations émises à son encontre :  "Je suis complètement innocent […]. Il faut se poser la question, à quatre mois des élections législatives où je suis moi-même candidat, à qui profite cette affaire ?"  Et d'avoir ajouté sur France 3 :

"On me reproche un conflit d’intérêts, un faux en écriture, il n’y a eu aucun préjudice pour la commune, aucun enrichissement personnel". En dépit des soupçons pesant sur lui, Stéphane Sieczkowski-Samie n'entend pas, aux dernières nouvelles, se retirer des prochaines législatives.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article