Côte d'Ivoire : une violente manifestation fait un mort et des blessés

Par , publié le
International Bouaké en Côte d'Ivoire. Capture d'écran de Google Maps.
Bouaké en Côte d'Ivoire. Capture d'écran de Google Maps.

A Bouaké, seconde ville de Côte d'Ivoire, une manifestation contre le prix excessif de l'électricité a dégénéré faisant au moins un mort et une dizaine de blessés par balles.

Hier après-midi une importante manifestation contre l'augmentation importante du prix de l'électricité a rapidement dégénéré. Débordées, les forces de l'ordre de la seconde ville la plus importante de Côte d'Ivoire ont ouvert le feu contre les manifestants.

Manifestations contre une hausse excessive du prix de l'électricité

Cela fait déjà quelques jours que des manifestations ont lieu en Côte d'Ivoire pour demander l'annulation de la hausse importante du prix de l'électricité. Les abonnés ont vu leur facture exploser ces derniers mois alors que la compagnie d'électricité a augmenté ses tarifs bien au-delà des 6 à 10% annoncés en début d'année. Déjà mardi, la manifestation se déroulant dans la capitale avait dégénéré, tout comme le lendemain à Daloa.

Hier, c'est à Bouaké (dans le centre de la Côte d'Ivoire) que la manifestation a pris une tournure dramatique. C'est dans la matinée que la manifestation a commencé. Plusieurs manifestants ont dressé des barricades sur la principale avenue de la ville. Les forces de l'ordre ont alors employé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule mais leur action a fait encore monter la colère un ton au-dessus.

Au moins un mort et une dizaine de blessés

L'ire des manifestants s'est concrétisée par le pillage de locaux de la CIE (Compagnie Ivoirienne d'Électricité) ainsi qu'une banque et des bâtiments administratifs. Fait inquiétant pour la suite, des manifestants auraient dérobé des armes provenant d'un commissariat qui aurait, lui aussi, été dévalisé et pillé. Totalement débordées, les forces de l'ordre ont alors ouvert le feu sur les manifestants lorsqu’ils tentaient de rejoindre le centre-ville dans l'après-midi.

Selon des sources hospitalières qui ont accueilli les manifestants blessés, il y aurait eu au moins un mort, un homme de 29 ans touché à l'abdomen. Certaines sources évoquent trois morts mais aucun chiffre officiel n'a, pour le moment, été donné. Les urgences ont aussi reçu une dizaine de blessés par balles.

Partager cet article