Commémoration de l'abolition de l'esclavage : une "Manif pour tous" interrompue

Par , publié le
France Le mouvement Manif pour tous contre la GPA à Saint-Brieuc
Le mouvement Manif pour tous contre la GPA à Saint-Brieuc

Alors que mardi, les militants de Manif pour tous avaient choisi de manifester le jour de la commémoration de l'abolition de l'esclavage, les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence sont venues interrompre leur rassemblement.

Un peu plus oublié ces derniers temps dans l'actualité en raison de l'ampleur du mouvement Nuit debout, le collectif Manif pour tous a choisi de manifester le mardi 10 mai, soit le jour de la commémoration de l'abolition de l'esclavage. Une date choisie avec soin, les militants de Manif pour tous considérant la GPA (gestation pour autrui) comme un "nouvel esclavage".

Mardi soir, aux environs de 19h30, ils étaient donc une vingtaine à se rassembler sur la place d'Armes en signe de protestation. Cité par nos confrères de ladepeche.fr, le porte-parole de Manif pour tous en Aveyron Bernard Deprecq a déclaré que "la GPA, c'est la marchandisation du corps de la femme, la vente et le trafic d'enfants. On fabrique des orphelins".

Manif pour tous : la GPA, ce "nouvel esclavage"

Cette manifestation ne s'est toutefois vraisemblablement pas déroulée comme prévue, même si les militants du mouvement pouvaient s'attendre à une nouvelle opposition. Peu de temps après être installés sur la place d'Armes, les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence sont ainsi venues à leur rencontre.

Il s'agit là d'un mouvement LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans) né en 1979 et dont le toit des organisations locales prend la forme de simili-couvents.

Sœurs de la Perpétuelle Indulgence : une comparaison "inadmissible"

Loin de prendre le parti de Manif pour tous, les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence ont plutôt cherché à interrompre leur rassemblement.  L'une d'elles a par exemple estimé que la comparaison faite n'avait pas lieu d'être : "Nous sommes là pour faire une contre-manif à la Manif pour tous. Comparer l'esclavagisme à la GPA est inadmissible".

Une autre militante du collectif LGBT a quant à elle appelé à diriger le combat vers d'autres problématiques ciblant les enfants : "Il est certes grand temps qu'on s'occupe de nos enfants, mais il n'y a pas lieu de faire un scandale avec la GPA. On devrait plutôt s'occuper d'autres choses, comme la pédophilie par exemple."

Crédits photos : captiure d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus