Chute d'une grue à la Mecque : la famille ben Laden sanctionnée

Par , publié le | modifié le
International Les pèlerins à La Mecque marchent entourés de grues le 12 septembre 2015
Les pèlerins à La Mecque marchent entourés de grues le 12 septembre 2015

Après l'effondrement mortel d'une grue vendredi dernier sur la Grande Mosquée de la Mecque, la responsabilité de la famille ben Laden a été mise en cause par le roi d'Arabie saoudite.

Vendredi dernier, une grue s'effondrait sur la Grande Mosquée de la Mecque (Arabie saoudite), conséquemment à une tempête. Un incident qui aura rapidement pris la forme d'un drame après l'annonce d'un bilan de 107 victimes. On apprenait dans la foulée que le pèlerinage annuel ("hadj") était maintenu en dépit de la tragédie.

Et après qu'une enquête eut été requise par le roi d'Arabie saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, et ce de manière à déterminer les circonstances du drame, d'apparents coupables autres que le mauvais temps ont été désignés. Comme nous l'indiquent nos confrères helvètes du Temps, le roi Salmane a ainsi demandé des sanctions à l'encontre de la Saudi Binladin Group (SBG), une entreprise de bâtiment.

Arabie saoudite : le roi demande des sanctions pour la chute d'une grue à la Mecque

La SBG, basée à Djeddah, s'occupe de l'extension des lieux saints. La Grande Mosquée de la Mecque faisait effectivement l'objet d'un agrandissement visant à permettre l'accueil d'un maximum de 2,2 millions de personnes en simultané. Citant un communiqué de la cour, l'agence de presse saoudienne (SPA) a rapporté une responsabilité partielle du drame attribuée au groupe dirigé par Bak ben Laden, le demi-frère de l'ancien chef d'Al-Qaïda.

La famille ben Laden accusée de "manquements"

Pour le site Afrik.com, il s'agit là d'une décapitation du groupe SBG, puisqu'"il lui est reproché de n’avoir pas respecté les normes de sécurité […] et de n’avoir pas tenu compte des intempéries et des vents violents qui soufflaient ce jour-là sur la Mecque et la région". Ajoutons que dans le même temps, il a été demandé au Ministère saoudien des finances "de procéder d’urgence à une revue de tous les projets publics réalisés actuellement" par la SBG ou d'autres sociétés éventuellement impliquées dans des travaux sur la Grande Mosquée. Précisons également que le groupe SBG ne sera désormais plus concerné par des appels d’offres et des projets publics futurs. Il est par ailleurs défendu aux membres de son conseil d'administration de quitter l'Arabie saoudite le temps des poursuites judiciaires. Le monarque saoudien a enfin annoncé une indemnisation des victimes d'un maximum de 260 000 euros pour chaque famille concernée.

Crédits photos : © AFP Ahmed Farwan

Partager cet article

Pour en savoir plus