Chirurgie : des intestins de porc recousus par un bras robotique

Par , publié le | modifié le
Santé Image d'illustration d'un bloc opératoire.
Image d'illustration d'un bloc opératoire.

Un robot chirurgien est parvenu à recoudre des intestins de porc avec une précision s'apparentant à celle d'un être humain qualifié. Il s'agit là d'une première mondiale réalisée avec l'assistance d'un chirurgien, le bras robotique n'étant ainsi autonome qu'à 60%.

Ce robot est prénommé STAR (Smart Tissue Autonomous Robot", Robot Autonome Intelligent Tissulaire) et vient d'être l'auteur d'une première mondiale : celle d'une chirurgie viscérale conduite avec succès sur deux parties d'un intestin de porc.

STAR est l'œuvre de chercheurs du Children’s National Health System de Washington. Ce bras robotisé, nous rapportent nos confrères de Begeek.fr, affiche une autonomie de 60% et il s'agissait là de la première fois qu'il opérait sur des tissus mous, ce qui explique possiblement pourquoi le risque n'a pas été pris de prendre un être humain comme sujet d'opération.

Première mondiale :  le bras robotisé STAR réussit une anastomose intestinale

Une opération qui a été celle d'une anastomose intestinale, autrement dit, le bras robotisé a eu à recoudre deux parties d'intestin. Et il a non seulement mené cette intervention à bien, mais il s'avère de même que son efficacité a été meilleure que celle d'un chirurgien humain.

Cependant, du fait de son autonomie relative, il n'était pas envisageable de laisser STAR agir sans la présence d'un chirurgien fait de chair et d'os à ses côtés. On nous précise au passage que la programmation du robot concernait cette opération seule. Si une complication ou une urgence était survenue, c'est le chirurgien qui aurait eu à intervenir.

Prochaine étape : une intelligence artificielle qui apprend ?

Le taux de succès des interventions de STAR sur des animaux n'est pas loin de la perfection, ces opérations s'étant ainsi conclues sans sensible problème. Les chercheurs envisagent désormais de mettre au point une intelligence artificielle qui emmagasinerait des connaissances en apprenant directement des chirurgiens.

Ces derniers considèrent en effet qu'"en éliminant l’intervention humaine, des robots autonomes pourront potentiellement réduire les complications et améliorer la sûreté et l’efficacité des interventions chirurgicales sur des tissus mous. Celles-ci concernent environ 45 millions de personnes par an aux États-Unis".

Crédits photos : Dmitry Kalinovsjy/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus