Chambéry : garde à vue pour des militaires de Vigipirate suspectés d'expédition punitive

Par , publié le
Faits Divers Des policiers au pied de la Tour Eiffel
Des policiers au pied de la Tour Eiffel

Trois militaires de la mission Vigipirate ont été placés en garde à vue à Chambéry pour avoir possiblement conduit une expédition punitive dans la nuit de samedi à dimanche.

Ce sont trois garants du bon déroulement de la mission Vigipirate qui viennent d'être mis en garde à vue à Chambéry, ces militaires dont un sous-officier étant ainsi suspectés d'avoir conduit une expédition punitive dans la nuit du samedi 30 avril au dimanche 1er mai.

Nos confrères de RTL.fr précisent que cette opération aurait été menée dans la rue avec des fusils d'assauts à la suite d'une bagarre, laquelle serait survenue dans une discothèque. D'après ce que révèlent les premiers éléments de l'enquête, tout aurait démarré avec la prise à partie d'un militaire dans une boîte de nuit de Chambéry.

Vigipirate : trois militaires armés effrayent les habitants de Chambéry

Ce militaire aurait ensuite quitté l'établissement pour prendre la direction de sa caserne, et ce afin d'aller y chercher des renforts. Peu de temps après, alors que le jour commençait à se lever, trois hommes équipés de FAMAS ont été vus dans les rues de la commune. Une présence qui aura affolé les nombreux spectateurs de la scène, au point d'en alerter la police.

Une patrouille s'est alors rendue sur les lieux, et d'avoir rassemblé un nombre conséquent de données sur la disparition de ces trois hommes. Les forces de l'ordre vont notamment découvrir la plaque d'immatriculation de la voiture, laquelle les conduira jusqu'à une caserne de Chambéry où sont stationnés les véhicules de militaires en mission Vigipirate.

L'un des suspects pointe son arme sur la police

Les policiers arrivent au contact de l'un des suspects, mais au lieu de se rendre, ce dernier braque son arme sur les forces de l'ordre. Au final et au terme d'un long moment chargé de tension, le militaire sera désarmé sans faire d'apparente victime. Interpellé puis placé en garde à vue, le suspect s'est vu rejoindre par ses deux autres collègues, ceux avec qui il aurait ainsi mené une expédition punitive.

Crédits photos : Gudea Rares / Shutterstock.com

Partager cet article