Calvin Harris, DJ le mieux payé de 2015 devant David Guetta

Par , publié le
Musique Calvin Harris dans son clip "Summer"
Calvin Harris dans son clip "Summer"

Le magazine Forbes vient de publier la liste des DJ les mieux payés de 2015, avec la présence en tête de l'écossais Calvin Harris suivi par le Français David Guetta.

Les profanes ne doivent pratiquement pas savoir de qui il s'agit. Mais à en en juger par le nombre de vues récoltées par le clip "Summer" sur YouTube (plus d'un demi-milliard), ils doivent finalement être assez peu à ignorer la personnalité se cachant derrière Calvin Harris.

Ce dernier est un DJ écossais né il y a un peu plus de 31 ans à Dumfries, et Calvin Harris œuvre dans le circuit depuis maintenant un bon moment puisque il a débuté à la fin des années 90 avec la réalisation de démos. Et le magazine Forbes nous révèle aujourd'hui que Calvin n'est autre que le DJ ayant été le mieux payé en 2015.

DJ et l'argent : Guetta fait presque deux fois moins bien que Harris

La liste de Forbes le place en effet en tête de liste, fort de ses 66 millions de dollars gagnés sur ces 12 derniers mois. Le Français David Guetta n'est certes pas loin du tout si l'on ne se fie qu'à sa seconde place, mais on remarque cependant que la performance du disc jockey parisien est bien moindre que cette de son collègue écossais, même si demeurant conséquente (37 millions de dollars).

Un top 11 rempli de millions

Surtout que le néerlandais Tiëst, troisième, n'était pas loin d'être le dauphin de Calvin Harris avec 36 millions de dollars amassés ces 12 derniers mois. Les premiers à être distancés, Skrillex et Steve Aoki, se partagent la quatrième position avec un total de 24 millions récoltés chacun. Suivent Avicii (19 millions), Kaskarade (18 millons), Martin Garrix et Zedd (17 millions chacun), Afrojack (16 millions) et enfin Deadmau5 et Diplo (15 millions chacun). Calcin Harris avait précédemment confié à Forbes s'être "trouvé au bon endroit au bon moment", et Steve Aoki d'avoir déclaré vouloir parvenir à "conserver autant de souplesse que possible sur le plan économique". Parce que, selon ses dires, "quand on pense à la manière dont on maintient et soutient la culture, en fin de compte, on fait davantage d'argent".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus