Les "bus Macron" ont enregistré 40 millions d'euros de chiffre d'affaires

Par , publié le | modifié le
Économie Photo d'illustration. Un autocar.
Photo d'illustration. Un autocar.

De son passage au gouvernement, Emmanuel Macron aura libéralisé le transport par autocar dans le cadre de la loi Macron passée le 6 août 2015, faisant ainsi sauter la règle interdisant le transport intérieur par autocar sur des liaisons régulières de longue distance. Depuis, les appétits se sont aiguisés.

Ils s'appellent Ouibus (filiale de la SNCF), Flixbus et Isilines, et auraient permis la création de 1.400 emplois directs. Avec 46% de passagers en plus au second trimestre 2016 (source Arafer), les "autocars Macron" ont le vent en poupe avec une augmentation du nombre de liaisons et villes desservies en quelques mois.

Outre le prix très intéressant de ce mode de transport remis au goût du jour par Emmanuel Macron, cela a permis a certaines villes comme Strasbourg et Clermont-Ferrand de gagner des destinations pas ou peu desservies par le train à ce jour.

Des prix très attractifs qui séduisent une clientèle jeune

Une clientèle jeune (38 % des passagers ont moins de 35 ans chez Ouibus) mais aussi composée de familles et de séniors, des prix attractifs, entre les mois d’août 2015 et de juin 2016, ce sont 3,4 millions de voyageurs qui ont emprunté les autocars pour parcourir la France avec l'ouverture de 43 villes supplémentaires en moins d'un trimestre (193 villes à ce jour).

La ligne Lille-Paris est la liaison la plus utilisée

Dans le "Top 3" des liaisons les plus utilisées ont trouve à la première place le trajet Lille-Paris avec 96 200 passagers (+10,3% par rapport au Trimestre 1), Lyon-Paris avec 94 000 passagers (+26,2%) se place juste derrière tandis que Paris-Rouen se hisse sur la 3e marche du podium avec 62 400 passagers (+28,4%).
A titre d'exemple tarifaire, un Paris-Lille avec Flixbus pour le 3 septembre départ depuis la Porte Maillot à Paris vous coutera 9 € pour 3 heures de route.

A l’heure du bilan, les Français retiendront certainement de l'ex-ministre de l'Economie et de l'Industrie Emmanuel Macron la libéralisation de l’autocar. Un point positif qu'Emmanuel Macron ne manquera certainement pas de mettre en avant.

Crédits photos : Capture d'écran bfmtv.com

Partager cet article

Pour en savoir plus