Batteries au sel : une alternative valable au lithium ?

Par , publié le
Sciences Batteries
Batteries

Des chercheurs français viennent de présenter le premier prototype industriel d'une batterie sodium-ion. Si démocratisée, cette découverte pourrait permettre de se passer du lithium, plus rare et plus cher.

C'est une première. Une équipe de chercheurs français conduite par le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) vient ainsi de présenter le prototype d'une batterie sodium-ion au format industriel (taille 18650, l'une de celles utilisées pour les batteries lithium-ion).

Nos confrères de 01net nous rapportent que ces batteries au sel présentent deux avantages par rapport à celles fonctionnant au lithium. Le premier est que les probabilités de trouver du sodium sur Terre sont un millier de fois plus importantes que de découvrir du lithium.

Batteries sodium-ion : une source d'énergie plus répandue et accessible que le lithium

Le second, qui découle du premier, est que le sodium représente un coût significativement moindre. Le lithium ne peut se trouver que dans certaines régions du globe telles la Colombie, le Chili ou encore la Chine. Alors que le sodium est décelable sur l'ensemble de la croute terrestre et également dans l'eau de mer (chlorure de sodium). Et avec des besoins énergétiques de plus en plus conséquents, le lithium est amené à devenir de moins en moins accessible, et la demande d'une solution alternative de plus en plus forte.

Des ion sodium moins performants ?

L'apparent revers de la médaille pour les ion sodium se situe au niveau de leur performance, pas au niveau de celle des ion lithium. Concrètement, les piles au lithium permettent d'atteindre des densités d'énergie supérieures à 200 Wh/kg, quand le prototype de batteries sodium-ion ne parvient qu'à 90 Wh/kg.  Jean-Marie Tarascon, chimiste du solide au CNRS, professeur au Collège de France et directeur du RS2E (Réseau sur le stockage électrochimique de l’énergie), se veut toutefois rassurant, sans pour autant espérer dépasser à terme le lithuim-on : "Mais attention, ce n’est qu’un premier prototype. Quand Sony a sorti sa première batterie lithium-ion en 1991, la densité énergétique était de 110 Wh/kg. Or, nous avons beaucoup plus de connaissances sur les batteries aujourd’hui. Nous allons pouvoir monter plus vite en performance. Mais on ne fera jamais mieux que le lithium-ion."

Crédits photos : Alvimann / morgueFile

Partager cet article