Baisse d'impôt : les revenus devraient être concernés

Par , publié le
Économie Le ministre des Finances Michel Sapin au micro de RTL mercredi 26 août 2015.
Le ministre des Finances Michel Sapin au micro de RTL mercredi 26 août 2015.

Interrogé à l'antenne de RTL mercredi matin, le ministre des Finances Michel Sapin a déclaré que la prochaine baisse d'impôt devrait "bénéficier aux Français les plus modestes".

Nous le savions déjà, une baisse d'impôt était déjà annoncée par François Hollande pour l'année 2016. D'accord pour le fond, mais sous quelle forme ? Mercredi matin, Michel Sapin a laissé entendre que celle-ci devrait cibler les revenus.

"L'impôt sur le revenu, la question principale pour les Français"

C'est au micro de la radio RTL que le ministre des Finances a apporté un début de clarification au sujet de la baisse d'impôt. "L'impôt sur le revenu est certainement celui qui a fait le plus mal au cours de ces dernières années, avec des évolutions", explique-t-il.

"Nous travaillons sur le sujet, le président de la République fera les arbitrages qui seront nécessaires et, avec le Premier ministre, nous travaillerons aux modalités mais je pense que la question de l'impôt sur le revenu est aujourd'hui la question principale pour les Français", ajoute-t-il.

Budget et éducation en tête des priorités

Il y a quelques jours, une source gouvernementale avait confié à l'agence Reuters que ce geste fiscal de l'Etat ciblerait à la fois l'impôt sur le revenu et les classes moyennes, des propos que semblent confirmer ceux de Michel Sapin mercredi matin. Au journaliste Olivier Mazerolle, il a tenu aussi à préciser que "Ce n’est pas parce que nous baissons pour les uns, que cela va augmenter pour les autres".
En outre, le ministre a déclaré, et cela sonnait comme une promesse, que ce manque à gagner pour l'Etat serait contrebalancé par les économies prévues sur les épaules du déficit public. Celui-ci, actuellement à hauteur de 3,8% du PIB, devrait être ramené à 3,3% d'ici à la fin de l'année civile prochaine.

Voici pour les baisses. Cependant, certaines hausses sont pourtant à l'ordre du jour, comme la taxe carbone (concerne le diesel), celle finançant le développement des énergies renouvelables, les impôts locaux et peut-être la redevance audiovisuelle.

Crédits photos : Capture écran.

Partager cet article

Pour en savoir plus