Faux gendarmes et vrais voleurs dans le sud de la France

Par , publié le | modifié le
Faits Divers
Illustration. Un véhicule de la gendarmerie.

En ce moment, des automobilistes qui sillonnent les routes des régions PACA et Languedoc-Roussillon sont victimes de faux gendarmes ou policiers qui les arrêtent et les dépouillent. Les vrais gendarmes recommandent la plus grande prudence, notamment la nuit.

La plus grande prudence est demandé aux automobilistes qui traversent la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) et Langudeoc-Roussillon, d'autant plus que le weekend-end sera chargé en raison de départs massifs en vacances.

En effet, des malfaiteurs très organisés se font passer pour des faux gendarmes et dépouillent les automobilistes qui tombent dans leurs filets. Explications.

PACA : le mode opératoire des faux gendarmes

Ces faux gendarmes, ou faux policiers, sont majoritairement actifs la nuit, entre 2 heures et 6 heures. Le procédé mis en oeuvre, même s'il diffère de celui des forces de l'ordre, est diaboliquement simple et efficace : les signes de reconnaissance qu'ils portent sont pourtant sommaires, les voitures qu'ils conduisent sont banalisées et sont munies de gyrophares. Une fois le véhicule des futures victimes prise en chasse, ils le forcent à s'immobiliser. Il est ensuite encerclé, des lampes torches sont utilisées pour aveugler et apeurer les conducteurs.

Sous un prétexte quelconque, ils fouillent ensuite voiture et effets personnels et repartent aussitôt avec leur butin.

Les recommandations des autorités

Alain Archimbault, de l'escadron des Bouches-du-Rhône a été interrogé par France Info. Il rappelle, en évoquant les tenues que les malfaiteurs portent, que "les actions en civil sont rares pour les gendarmes". De même il rappelle que les bandes d'arrêt d'urgence ne sont jamais utilisées pour de tels contrôles, mais plutôt des péages ou des aires de repos. Même chose pour les véhicules qui ne sont jamais banalisés. "Parfois cela prend moins d'une minute et souvent ils prennent le soin de voler les portables et les clés du véhicule pour retarder l'alerte", précise-t-'il.

"Ne pas s'arrêter" (sauf s'il s'agit d'un véhicule officiel), ou le cas échéant, "demander sa carte professionnelle à un gendarme en civil", voici ce qu'il convient de faire. Le groupement de gendarmerie des Bouches-du-Rhône a publié un communiqué de presse rappelant tous ces éléments.

Communiqué de presse de la Gendarmerie
Crédits photos : pisaphotography / Shutterstock.com

Partager cet article