Interdite d'entrée au bowling pour le port d'un bonnet de chimiothérapie

Par , publié le | modifié le
France
Photo d'illustration

Une mère de famille, atteinte d'un cancer, s'est vue refuser l'entrée d'un bowling. Motif, elle portait un bonnet, ce qui est interdit. La direction s'est finalement excusée par téléphone.

Le malentendu aurait pu vite se dissiper avec un peu de compréhension. En Moselle, Sarah 40 ans était accompagnée de son mari et ses deux filles pour une partie de bowling. Une sortie en famille des plus classiques qui va pourtant tourner court alors qu’elle n’a même pas encore franchi le seuil de la porte d’entrée, elle est refoulée par le vigile.

L’explication de ce refus se trouve sur la tête de Sarah. Coiffée d’un bonnet, elle n’est pas autorisée à pénétrer dans l’enceinte. Le règlement de ce bowling de la ville d’Amnéville, stipule que tous les couvre-chefs sont proscrits sans exception.

Bannie pour un bonnet

Interloquée, Sarah explique au jeune vigile qu’il s’agit d’un bonnet de chimiothérapie destiné à protéger et camoufler son crâne. Atteinte d’un cancer, la chimiothérapie lui a fait perdre tous ses cheveux. A ses côtés, le mari, assez incrédule, assiste à la scène, pensant que cet argument suffirait au vigile à lui rendre raison. Ce dernier préfère se murer dans le silence et n’en informe pas la direction. La famille décide donc de renoncer à sa partie de bowling.

Agacée, Sarah avait d’abord préféré garder le silence sur cette affaire "d’une intolérable maladresse". "Nous n’avons pas insisté, nous étions tellement choqués. Je me suis cru dans la troisième dimension. On ne peut pas me refuser un bon moment en famille à cause de ma maladie. Ce n’est pas un choix de ma part d’être malade. Je ne veux pas de pitié, mais je veux vivre une vie normale. Là, on me l’a interdit", regrette-t-elle.

Un silence puis des excuses

A l’image de son vigile, la direction de l’Atomic Bowl d’Amnéville était également plongée dans un mutisme dans un premier temps. Elle a finalement adressé ses excuses par téléphone, après avoir été interpellée par la Ligue contre le cancer.

Partager cet article