Accidents cardiovasculaires : augmenter le bon cholestérol serait inutile

Par , publié le
Santé Photo d'illustration. Un chercheur en laboratoire.
Photo d'illustration. Un chercheur en laboratoire.

Un vaste essai clinique révèle qu'augmenter le bon cholestérol n'a aucun effet préventif quand aux risques cardiovasculaires. Des résultats que les cardiologues ne s'expliquent pas totalement.

Si l'on pouvait penser qu'augmenter le bon cholestérol (HDL) aurait comme notable effet de réduire les risques d'accidents cardiovasculaires, il semblerait qu'il n'en soit finalement rien. C'est ainsi ce que révèle un vaste essai clinique conduit principalement sur la molécule "evacetrapib" des laboratoires Eli Lilly.

Une molécule à double effet puisque capable de faire grimper le bon cholestérol de 130% et, dans le même temps, de réduire le mauvais cholestérol (LDL) de 37%. Et nos confrères de ladepeche.fr de rapporter que, contrairement à ce que l'on pouvait en croire, l'usage de ce médicament ne diminue nullement les risques d'infarctus, d'accident vasculaire cérébral, d'angine de poitrine ainsi le nombre de décès découlant de ces problèmes de santé.

Bon cholestérol sur les accidents cardiovasculaires : des chercheurs "déçus" et "surprise"

Les chercheurs ont présenté les résultats de leur étude dimanche à Chicago, à l'occasion de la conférence annuelle de l'American College of Cardiology (ACC) s'y tenant jusqu'à lundi.

Pour le docteur Stephen Nicholls, professeur de cardiologie officiant à l'Université d'Alelaide (Australie) et l'un des principaux responsables de l'essai, "nous sommes ici en présence d'un paradoxe: alors que cette molécule double les niveaux de bon cholestérol et réduit nettement le mauvais cholestérol, il n'y a malgré cela aucun effet clinique". Un contraste également constaté au sein même de son équipe : "Nous avons été déçus et aussi surpris de ces résultats".

Un essai arrêté en octobre 2015

Plus de 12.000 personnes au risque cardiaque élevé avaient participé à l'essai clinique de phase 3, avant que ce dernier ne soit arrêté en octobre 2015. Les laboratoires Eli Lilly avaient alors expliqué que les résultats préliminaires obtenus laissaient déjà suggérer une inefficacité de l'evacetrapib dans la prévention d'accidents cardiovasculaires pouvant éventuellement entraîner la mort.

Il a été relevé que les patients qui avaient pris la molécule pendant dix-huit mois ont, en moyenne, enregistré une progression de leur HDL de 130% et une diminution de leur LDL de 37% par rapport à d'autres patients ayant reçu un placebo. Sans pour autant que des différences aient été observées entre les deux groupes au niveau des accidents cardiovasculaires et de la mortalité liée à ceux-ci.

Crédits photos : Dragon Images/Shutterstock.com

Partager cet article