450.000 euros pour une vente aux enchères de pièces du Concorde

Par , publié le
Culture
Le Concorde à l'aéroport de Roissy Charles de Gaulle

Une vente aux enchères portant sur des objets du mythique avion supersonique, ainsi que d'autres pièces aéronautiques, a atteint 450.000 euros.

Du 3 au 5 novembre derniers, ils étaient 700 acheteurs du monde entier à se connecter sur Internet à l'occasion de la mise en vente de nombreuses pièces estampillées Concorde et Airbus.

Une aile de soufflerie en bois part à 21.000 euros

Me Marc Labarde, commissaire-priseur qui officiait, a rappelé qu'en 2007, une précédente vente avait rapporté "quelque 850.000 euros et financé une partie du musée toulousain de l'aéronautique Aéroscopia". Ici encore, le succès fut au rendez-vous, avec 450.000 récoltés. Dont 21.000 euros pour une aile en bois utilisée pour les essais en soufflerie du mythique appareil supersonique, soit 10 fois la somme de départ.

Mais aussi une lunette de toilettes, qui n'a sans doute pas été testée en soufflerie, partie pour 1.000 euros. Plus noble, un volant de pilote a été adjugé à 5.700 euros.

Les instruments de bord, reliques stars

Et une fois encore, les instruments de bord ont attiré les yeux de ceux qui s'étaient connectés d'Espagne, des Etats-Unis ou encore de Tahiti, de Russie. Comme des machmètres qui ont trouvé preneurs pour 14.500 et 20.500 euros, un altimètre à 5.000 euros, des horizons de vol à 5.600 et 10.000 euros ou encore un anémomètre à 6.800 euros.

Mais les pièces signées Airbus n'ont pas été boudées par les passionnés. Pour preuves, une paire de fauteuils d'appareil A300 vendue 3.000 euros, une jante d'A300 montée en table partie à 650 €, ou encore ce boulon de réacteur d'A380 adjugé à 620 euros.

Crédits photos : Senohrabek / Shutterstock.com

Partager cet article