Daech : des accès Internet fournis par des sociétés européennes ?

Par , publié le
International Illustration. Web et terrorisme.
Illustration. Web et terrorisme.

Le quotidien allemand Der Spiegel a enquêté sur les moyens utilisés par Daech pour se connecter à Internet, dans des régions où les moyens techniques sont régulièrement bombardés.

Gênante, cette enquête signée par Der Spiegel. Le 4 décembre, le quotidien allemand affirme que l'organisation terroriste Daech se sert de moyens satellitaires pour se connecter à Internet et ainsi diffuser leurs outils de propagande et de recrutement.

Mais plus que les moyens utilisés, qui ne constituent pas un scoop, c'est la source de l'accès à Internet qui pose question, car plusieurs sociétés européennes, dont une française, seraient impliquées.

Daech : des satellites gérés par des opérateurs européens

Mais quelles sont ces sociétés qui se rendraient ainsi complices de l'Etat islamique ? Der Spiegel cite SES, un opérateur du Luxembourg et Avril, lui d'origine britannique. Mais aussi le français Eutelsat, que détient pour 25% une banque publique, la Caisse des dépôts et consignations.

Quant au matériel employé en Syrie, il s'agit d'antennes, de clés ou encore de modems qu'il est facile de se procurer dans les villes turques voisines.

SES et Eutelsat répondent

Les deux sociétés ont été interrogées par Der Spiegel et 20Minutes. Elles affirment ne pas avoir de contrat avec des fournisseurs d'accès en Syrie. En outre, Eutelsat "assure que les connexions non-réglementaires ne peuvent pas être fermées, car les terminaux satellites sont petits et très mobiles", comme le relate L'Express. D'un autre côté, SES admet la possibilité d'un achat de terminal en Turquie, puis d'un déplacement en Irak ou en Syrie.

Cette dernière répond encore : "Chaque client SES est sujet à des obligations contractuelles conformes à la loi. Nous n'avons pas connaissance de l'utilisation de nos satellites par le groupe EI ou sur des territoires contrôlés par le groupe EI en Syrie". Et Der Spiegel d'émettre une hypothèse : et si les opérateurs travaillaient main dans la main avec les services secrets européens afin de tendre leurs oreilles en direction des communication de l'EI ?

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus