Les raisons du départ de Zubizarreta

« C’est un moment fort, Andoni, c’est le premier manager que j’ai recruté il y a presque quatre ans, a-t-il expliqué dans l’émission Rothen régale. On a bouclé ensemble la phase 1 de notre projet, un peu de reconstruction, de refondation. Il s’est acquitté très bien de cette tâche. Maintenant, on rentre dans une nouvelle phase. Évidemment, en repose beaucoup sur des considérations financières. Nous devons absolument atteindre l’équilibre financier. J’ai voulu muscler l’organisation. Dès l’automne dernier j’avais prévenu Andoni que je recruterai un directeur général chargé du football. En parlant avec lui, on a décidé d’un commun accord de se séparer.”

Aucune certitude pour Villas-Boas, de nombreuses ventes à prévoir

Une question taraude l’esprit des supporters marseillais : André Villas-Boas peut-il lui aussi quitter le navire ? “Villas-Boas est le coach de l’OM et j’espère qu’il le sera encore plusieurs années. Notre projet sportif repose en grande partie sur lui (…) “Je l’ai entendu évoquer un doute fort sur sa capacité à vouloir continuer sans Andoni Zubizarreta au sein du club aujourd’hui. Ce sera sa décision. Si André met au dessus de tout, sa relation avec les joueurs, les supporters, son lien avec Andoni Zubizarreta, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?”, rétorque Jacques-Henri Eyraud, sans aucune certitude, enchaînant sur le thème de la discorde : le mercato. Le club phocéen est bien dans une optique de ventes massives. “C’est important pour l’équilibre économique des clubs (…) on rentre dans une nouvelle phase. il faut avoir des résultats en terme de trading, de cessions et on va mettre en place une organisation pour y arriver”.

La vente du club : « une fake new »

Enfin, Jacques-Henri Eyraud a une nouvelle fois démenti la rumeur d’une vente du club à court ou moyen terme, alors que l’OM a été cité dans certains médias comme la cible potentielle d’un investisseur saoudien. “C’est n’importe quoi, ce sont des fake news. Le club n’est pas à vendre.”