Zimbabwe : un chasseur abat le plus grand éléphant d'Afrique

Par , publié le
International Éléphant
Éléphant

Il y a de cela quelques jours, un chasseur allemand a tué le plus grand éléphant d'Afrique. Il aurait pour cela déboursé pas moins de 53.000 euros.

Jusqu'à il y a peu, le plus grand éléphant d'Afrique recensé depuis 50 ans résidait au sein du parc Kruger, lui-même situé en Afrique du sud. Un animal dont les défenses affichaient un poids total supérieur à 120 kilogrammes. Et si le temps du passé est employé ici pour parler de cet éléphant, c'est parce que ce dernier n'est plus.

Le 8 octobre dernier, un chasseur allemand a ainsi posé aux côtés du cadavre de l'animal, qu'il venait de tuer à l'aide de son arme. Détail surprenant et qui nous est rapporté par Paris Match, c'est que ce meurtre est intervenu, au terme de trois semaines de traque, dans le parc national de Gonarezhou, au Zimbabwe. Il est donc supposé que l'éléphant ait été transporté du parc Kruger jusqu'à celui de Gonarezhou dans le but apparent d'y perdre la vie.

Meurtre du plus grand éléphant d'Afrique : le chasseur aurait déboursé 53.000 euros

Aussi voire plus interpellant encore, ce braconnier a tué l'animal dans une zone d'ordinaire protégée où la chasse est interdite. On apprend par ailleurs qu'il aurait déboursé 53.000 euros pour se livrer à la traque de l'éléphant. Son objectif, plus large, était visiblement de réaliser un "Big Five", soit de chasser un léopard, un lion, un buffle, un rhinocéros et un éléphant.

L'argument du "deux poids, deux mesures"

Johnny Rodriguez, président du groupe de conservation du Zimbabwe, déplore l'apparente immunité des touristes abattant un animal au Zimbabwe, alors que les habitants du pays risquent gros par ce type d'action : "Le plus décevant est que si un Zimbabwéen qui tue un animal, pour nourrir sa famille, est condamné de 5 à 15 ans de prison", "quand un riche chasseur étranger arrive pour abattre un animal, il peut le faire. Quel genre de message passe-t-on à la population ?" Ce drame survient un peu plus de trois mois après le braconnage du lion Cecil, abattu par un dentiste américain au Zimbabwe.

Crédits photos : puddleduck / morgueFile

Partager cet article

Pour en savoir plus