Zika : Un moustique génétiquement modifié pour combattre le virus

Par , publié le
Santé Moustiques de type Aedes photographiés dans un laboratoire le 3 février 2016 à El Salvador au Salvador
Moustiques de type Aedes photographiés dans un laboratoire le 3 février 2016 à El Salvador au Salvador

L’Agence américaine des aliments et des médicaments vient de donner son feu vert pour l'introduction d'un moustique tigre génétiquement modifié pour lutter contre Zika en Floride.

Nous vous parlions en fin de semaine dernière du début d’une seconde phase de test sur l’Homme par l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses. Pour renforcer la lutte contre l’infection, l’Agence américaine des aliments et des médicaments (FDA) préfère s’attaquer à la racine du problème, le moustique tigre.

La FDA vient en effet de donner le feu vert à un test destiné à vérifier l’efficacité de moustiques transgéniques pour combattre le virus.

Un moustique transgénique contre Zika

Cette première phase de test d’un moustique « OGM » sera menée dans la région des Keys, en Floride, dans le sud des États-Unis. C’est le laboratoire d’études biotechnologies britannique Oxitec, propriété de l’américain Intrexon, qui aura la lourde charge d’introduire une race de moustiques génétiquement modifiés qui devrait permettre de réduire la population de moustique-tigre Aedes aegypti, responsable de la transmission de Zika, de la dengue, la fièvre jaune et du chikungunya.

Dans son communiqué, la FDA « a estimé que le champ d’essais proposé du moustique OX513A mis au point par la société britannique Oxitec n’aura pas d’impact considérable sur l’environnement' ».

Les États-Unis intensifient la lutte

Ce programme d’Oxitec prévoit la libération dans la nature de moustiques-tigres mâles génétiquement modifiés afin qu’ils s’accouplent avec des femelles de la même race. Les larves nées mourront rapidement afin de réduire drastiquement la population des moustiques vecteur de la maladie.

Selon les premières phases de test réalisées au Brésil, aux îles Caïmans et au Panama, le moustique OGM aurait permis de réduire de 9/10e la population d’aedes aegypti. Si les tests s’avèrent concluants, Oxitec pourrait rapidement avoir le feu vert pour commercialiser OX513A.

Crédits photos : © AFP/Archives

Partager cet article

Pour en savoir plus