Zika : Collaboration entre Sanofi et l’armée américaine pour un vaccin

Par , publié le
Santé Le Moustique tigre
Le Moustique tigre

Sanofi et un laboratoire associé à l’armée américaine vont collaborer pour accélérer le processus de développement d’un vaccin contre le virus Zika.

Le laboratoire Sanofi est déterminé à trouver un vaccin contre le virus Zika. Après avoir notamment développé des traitements préventifs contre l’encéphalite japonaise et la dengue, Sanofi Paster vient d’annoncer un partenariat avec l’Institut Walter-Reed, un organisme relié à l’armée des États-Unis, pour accéder la recherche sur Zika, dont le premier cas de transmission par voie sexuelle vient d’être diagnostiqué en Espagne.

Des essais cliniques au programme

C’est dans un communiqué publié sur le site officiel du laboratoire Sanofi Pasteur que ce partenariat de grande envergure a été confirmé. D’après les termes de l’accord, le Walter Reed Army Institute of Resarch (WRAIR), cédera à Sanofi Pasteur « sa technologie relative au vaccin purifié à base de virus Zika inactivé (ZPIV) », ce qui ouvrira la voie à une collaboration plus large avec le gouvernement américain.

L’accord signé entre les deux parties prévoit également la production de lots cliniques par Sanofi Pasteur pour des essais de phase 2. De quoi donner un coup de boost à la recherche de Sanofi qui cherche à dériver son virus contre la Dengue pour en faire une arme efficace contre Zika.

Gagner du temps dans le développement du vaccin

Sanofi profitera de l’avancée des travaux du WRAIR qui a déjà passé la phase des essais précliniques sur des primates non humains dont les premiers résultats sont très encourageants. Ce partenariat entre certainement dans les plans l’Organisation mondiale de la santé qui demandait une stratégie unique pour contrecarrer l’expansion de Zika.

Le virus Zika a été recensé dans 47 pays. Chez les femmes enceintes, il est responsable de la microcéphalie chez les fœtus. Les patients atteints peuvent également développer des complications neurologiques graves, notamment le syndrome de Guillain-Barré.

Crédits photos : Chamnong Inthasaro/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus