Yvelines : une jeune femme s'allonge sur la voie ferrée

Par , publié le | modifié le
Faits Divers
Des trains sont bloqués à la gare de l'Est, à Paris, pendant l'interruption du trafic le 17 février 2015 en raison de la découverte d'une bombe datant de la Seconde Guerre mondiale à Noisy-le-Sec

Mardi après-midi dans les Yvelines, une jeune femme a été aperçue par le conducteur du train Paris-Vernon (Eure) alors qu'elle se trouvait allongée sur la voie ferrée au niveau de Rosny-sur-Seine.

La découverte faite par ce conducteur du train Paris-Vernon (Eure) aurait pu se conclure de manière tragique. Mardi après-midi, aux environs de 13h40, il a ainsi aperçu une jeune femme en position allongée sur la voie ferrée, celle située au niveau de la commune de Rosny-sur-Seine (Yvelines).

Nos confrères du Figaro avec AFP rapportent que le train est passé juste au-dessus de cette personne, sans toutefois la heurter physiquement. On ignore où elle se trouve désormais, puisque lorsque la police et les pompiers sont arrivés sur les lieux, elle ne s'y trouvait plus, et aucune trace de sa présence passée n'a vraisemblablement pu être relevée.

Jeune femme allongée sur les rails dans les Yvelines : des recherches "vaines"

Et alors que l'on aurait pu penser que le conducteur du train ait été le seul témoin de la scène, les images de surveillance de la SNCF ont pu confirmer une présence sur les rails. Une source policière a indiqué à l'AFP : "Il semblerait que ce soit une jeune femme. Elle n'a pas été blessée. Reste à l'identifier. Les recherches sont pour l'instant vaines."

"À priori, ce n'est pas un suicide"

Conséquemment à cet incident, le trafic sur le réseau Saint-Lazare a dû être interrompu durant une heure, et ce dans les sens. La source mentionnée plus haut a ajouté que "c'est surprenant. A priori, ce n'est pas un suicide, ce n'est pas quelqu'un qui court et se jette sous un train", en précisant que l'"on peut un peu tout imaginer". S'agit-il là d'un fait que l'on peut rapprocher de ceux ayant motivé un dépôt de plainte de la SNCF en avril dernier, et qui était dirigé envers de jeunes filles qui se prenaient en photo allongées sur les rails avant l'arrivée des trains ? C'est le commissariat de Mantes-la-Jolie, à qui a été confiée l'enquête, qui aura à déterminer les circonstances exactes de cette nouvelle perturbation

Crédits photos : © AFP/Archives Kenzo Tribouillard

Partager cet article