Yvelines : un homme tente de violer une femme puis la dépose à la gare

Par , publié le
France Illustration. Un véhicule de la police.
Illustration. Un véhicule de la police.

Vendredi soir, un homme a agressé sexuellement et tenté de violer une femme ivre. Face à la forte résistance de la jeune femme, l’homme l’a finalement déposé à la gare.

Selon nos confrères du journal « Le Parisien », une jeune femme de 24 ans s’était rendue à Paris pour faire la fête dans une soirée privée. Un inconnu a tenté de profiter de son état passablement alcoolisé pour la violer. Ne parvenant pas à ses fins, le violeur a finalement déposé sa jeune victime à la gare d’Aubergenville.

Il profite de son ivresse pour tenter de la violer

Les faits se sont déroulés dans la nuit de vendredi à samedi dernier. Tout à commencé dans une soirée privée de la capitale. Une femme de 24 ans venue faire la fête se retrouve sous l’emprise de l’alcool. Un homme, présent lui-aussi à la soirée festive, propose, tard dans la nuit, de raccompagnerla jeune femme chez elle.

Cependant, l’homme ne prend pas la direction du domicile de la jeune femme ivre mais l’emmène chez lui à Aubergenville dans les Yvelines. L’inconnu la fait monter dans son appartement avec la ferme intention d’avoir des relations sexuelles.

Il l’agresse sexuellement et tente de la violer

Une fois la porte de son appartement fermée, l’homme se comporte alors en prédateur sexuel. Il tente de lui retirer ses vêtements, de la caresser et d’abuser d’elle. Malgré les refus de la jeune fêtarde, l’homme s’allonge sur elle et tente de la violer. La jeune femme oppose une farouche résistance parvenant, à plusieurs reprises, à repousser son agresseur.

Las de ne pouvoir parvenir à ses fins et découragé par la résistance et les refus de la jeune femme, l’inconnu se résout finalement à déposer sa victime à la gare d’Aubergenville. Dégrisée par cette agression sexuelle, la jeune femme a porté plainte au commissariat de Mureaux. La police est actuellement à la recherche de l’agresseur.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus