Yvelines : en garde à vue pour avoir enterré vivante sa chienne

Par , publié le
Faits Divers La police (photo d'illustration)
La police (photo d'illustration)

Suspecté d'avoir enterré vivante sa chienne, un homme de 21 ans a été placé en garde à vue dans les Yvelines. L'animal a quant à lui été pris en charge et ne court plus le moindre danger.

Sans le passage d'un riverain et de son chien sur ce terrain vague situé sous l’A14, dans la commune de Carrières-sur-Seine (Yvelines), cette affaire aurait pu comporter un élément plus tragique encore. C'est d'ailleurs le chien qui avait, samedi après-midi, emmené son maître dans cette zone, suspectant apparemment "qu’un drame se nouait près de lui".

En se rapprochant, l'homme a découvert le museau d'un chien qui sortait de terre. Et de se mettre ensuite à l'ouvrage pour tenter de dégager l'animal. Un source proche du dossier et citée par Le Parisien rapporte qu'"il s’agissait d’un gros chien, un Dog Bordelais. Le corps de l’animal avait été recouvert de pierres et il était attaché à un sac rempli de gravats."

Chienne enterrée vivante dans les Yvelines : l'animal va mieux

La police et les secours sont prévenus dans la foulée, et s'il sera constaté que la chienne découverte était en état de choc et déshydratée, il n'est désormais plus lieu de s'inquiéter pour elle. La chienne a en effet été transportée à la clinique vétérinaire de Levallois-Perret située dans les Hauts-de-Seine où l'on imagine que les soins nécessaires lui ont été administrés.

Jugement attendu pour mars 2016

Le maître de l'animal a été identifié grâce au tatouage de la chienne. Âgé de 21 ans, il a été arrêté chez lui à Carrières-sur-Seine puis placé en garde à vue non sans avoir proféré des insultes à l'égard d'un policier. L'individu nie avoir enterré vivante sa chienne et avance que celle-ci s'est échappée, tout en reconnaissant durant son audition avoir tenu d'outrageants propos auprès du fonctionnaire. Sa défense se révèle relativement faible étant donné que sa chienne de dix ans souffre d'arthrose et qu'elle n'était donc pas vraiment disposée à prendre la fuite. Le jugement du jeune homme, accusé de cruauté envers un animal, aura lieu en mars 2016.

Crédits photos : Christian Mueller/Shutterstock

Partager cet article