Yvelines : 8 mois de prison avec sursis pour avoir enterré vivante sa chienne

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. La justice.
Photo d'illustration. La justice.

Le verdict vient d'être rendu sur l'affaire de cette chienne enterrée vivante à l'été dernier dans les Yvelines : son maître a ainsi été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles à huit mois de prison avec sursis.

Alors que quelques jours après la révélation des faits, on apprenait qu'Athena, la chienne enterrée vivante quelques jours plus tôt dans les Yvelines, allait mieux, le sort de son maître vient d'être scellé par la justice. Ce jeune homme de 21 ans a ainsi été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles à huit mois de prison avec sursis.

Nos confrères du Républicain Lorrain ajoutent que la sentence a été assortie d'une interdiction, pour le prévenu, de détenir un chien pendant cinq ans. Une double peine que l'on imagine faible en regard de ce que Brigitte Bardot souhaitait, en août dernier, voir infliger au propriétaire du dogue de Bordeaux : "Et moi ce que je voudrais, c'est qu'on lui fasse la même chose. Voilà, moi je suis pour la loi du Talion, parce que la force de l'humain contre la faiblesse de l'animal, c'est suffisant. On ne doit plus profiter de cela." 

Chienne enterrée vivante : son maître interdit d'animal pendant 5 ans

Le 1er août 2015, dans l'après-midi, un homme et son chien se promenaient sur un terrain vague situé dans la commune de Carrières-sur-Seine. C'est l'animal qui avait d'ailleurs amené son maître à cet endroit, avant que le propriétaire du chien ne remarque un museau sortant de terre.

Athena sauvée mais partie

L'animal découvert enseveli sous des pierres, une chienne prénommée Athena, va apparaître choquée et déshydratée, avant d'être transporté à la clinique vétérinaire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) pour y recevoir les soins nécessaires. Son maître, identifié grâce au tatouage du dogue de Bordeaux, sera quant à lui placé en garde à vue, et de nier les faits reprochés. Il encourait une peine maximale de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

Concernant Athena, après avoir été adoptée par le président de l'association SOS Dogue de Bordeaux, elle a finalement succombé à un cancer en février dernier.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus