Yémen : au moins 30 personnes tuées dans un raid aérien

Par , publié le
International Destruction de bâtiments à Sanaa, le 5 janvier 2016 après les frappes de la coalition arabe conduites par l'Arabie saoudite
Destruction de bâtiments à Sanaa, le 5 janvier 2016 après les frappes de la coalition arabe conduites par l'Arabie saoudite

Samedi, un raid aérien de la coalition menée par l'Arabie saoudite a fait au moins 30 morts au Yémen, incluant civils et rebelles chiites.

L'information émane de témoins. Samedi au Yémen, au moins 30 personnes, dont des civils et des rebelles chiites, ont trouvé la mort dans un raid aérien de la coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite. Selon une source tribale locale, la frappe a ciblé trois véhicules dans lesquels se trouvaient des rebelles et qui venaient de pénétrer au sein d'un marché de la ville de Naqil ben Ghaylan.

Il est à également à noter que le bilan de victimes rapporté par La Croix apparaît deux fois moindre que celui annoncé par l'agence Saba, sous le contrôle des rebelles. Ainsi, selon elle, 60 civils auraient péri dans cette offensive sans qu'aucune perte ne soit visiblement à déplorer du côté des rebelles.

Raid aérien de la coalition arabe au Yémen : au moins 30 civils ont péri

D'après les témoins de l'attaque, le marché en question doit en partie sa réputation à sa mise en vente de qat, soit une herbe aux effets euphorisants particulièrement prisée au Yémen. Quant à la ville de Naqil ben Ghaylan frappée par le raid, on nous précise qu'elle appartient à la région de Nehm, théâtre de l'opposition entre forces pro-gouvernementales, soutenues par la coalition arabe, et rebelles, avec l'objectif pour les premières de reprendre Sanaa.

Des frappes aériennes critiquées par des ONG

En septembre 2014, les rebelles chiites Houthis s'étaient ainsi notamment emparés de la capitale du Yémen, et en ont donc toujours le contrôle à l'heure actuelle. En mars 2015, la coalition arabe sera venue prêter main forte au gouvernement yéménite, contraint à fuir Sanaa, et quelques mois plus tard, des provinces du Sud auront été récupérées par les forces anti-rebelles. La coalition arabe est cependant soupçonnée de ne pas se montrer suffisamment précautionneuse dans ses frappes aériennes. L'ONG Human Rights Watch estime ainsi que plus ou moins 2.500 personnes sont mortes dans ces raids.

Crédits photos : © AFP/Archives MOHAMMED HUWAIS

Partager cet article

Pour en savoir plus