Violences : selon Pécresse, "le gouvernement dissimule la gravité de la situation"

Par , publié le
Politique
Valérie Pécresse sur BFMTV et RMC le 12 juillet 2016

Dans un entretien accordé au Figaro, la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse accuse le gouvernement de "dissimuler la gravité de la situation" relative aux faits de violence. Elle attribue de même à la gauche un déni de réalité sur l'âge des casseurs.

Alors que la manifestation silencieuse tenue samedi à Bobigny pour dénoncer les violences policières a donné lieu à des débordements, le sujet, plus large, des casseurs vient d'être évoqué par la présidente LR (Les Républicains) du conseil régional d'Île-de-France Valérie Pécresse.

Dans un entretien accordé à nos confrères du Figaro (article complet réservé aux abonnés), elle reproche au gouvernement de François Hollande de minimiser l'impact des faits de violence des "bandes" : "Il est urgent de prendre conscience de l'ampleur de ce qui est en train de se passer à Paris et en banlieue car il ne s'agit pas de commenter des incidents isolés mais d'organiser une vraie résistance contre la loi des bandes qui s'oppose aujourd'hui à la loi de la République. Le gouvernement dissimule la gravité de la situation. Des dizaines de communes ont été touchées par des casseurs".

Pécresse dénonce "un "déni de réalité" de la gauche

Valérie Pécresse dénonce de même "un déni de réalité sur l'âge des auteurs de violences", ajoutant que ces derniers "sont aujourd'hui de plus en plus jeunes". Et de poursuivre en indiquant qu'"il faut mettre fin à l'excuse de minorité qui conduit les mineurs à se considérer comme 'intouchables' par le juge avant 18 ans".

Plus d'allocations familiales pour les décrocheurs têtus

On imagine donc que la présidente de la région Île-de-France a accueilli avec un certain enthousiasme l'annonce, intervenue mercredi, du candidat François Fillon quant à l'abaissement de la majorité pénale à 16 ans, mesure par ailleurs proposée par Nicolas Sarkozy lorsqu'il était encore en course. L'objectif affiché du vainqueur de la primaire de la droite et du centre, mettre fin à l'abus de "clémence du système" par "les individus de 16 ou 17 ans".

Mme Pécresse s'est enfin prononcée en faveur de la suppression des allocations familiales "en cas de refus de retour à l'école" pour les jeunes présentés comme "décrocheurs".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus