Violences policières présumées à Caen : l'IGPN saisie

Par , publié le
France Photo d'illustration. Police et manifestation.
Photo d'illustration. Police et manifestation.

Suite à des possibles violences policières commises jeudi en marge d'une manifestation anti-loi Travail à Caen, l'IGPN a été saisie afin de faire toute la lumière sur cette affaire.

L'image tremble et l'on redoute de bien distinguer les faits le moment venu. La vidéo mise en ligne jeudi d'une scène observée le jour même, en marge d'une manifestation anti-loi-Travail tenue à Caen, revient toutefois au ralenti sur une poignée de secondes suscitant aujourd'hui l'interrogation et la colère.

On y voit ainsi un policier donner un coup de matraque à un manifestant à terre, lequel reçoit dans la foulée un coup de pied et un nouveau coup de matraque avant de se relever. Si l'on ignore encore les circonstances exactes de cet incident, le dépôt d'une plainte dirigée contre la police vient de conduire l'IGPN (inspection générale de la police nationale) à se saisir du dossier.

Manifestation à Caen : une plainte déposée contre la police

Dans des propos tenus à nos confrères du Figaro, le commissaire central de la ville de Caen Jean-François Papineau précise que "c'est apparemment le manifestant que l'on voit sur la vidéo qui a porté plainte". La scène aurait eu lieu à 12h30, à la fin de la première manifestation autorisée. Les forces de l'ordre sont présentes pour aider à disperser la foule.

Quelques centaines d'individus choisissent alors d'initier une seconde manifestation. La police les bloque par un barrage et requiert d'eux leur dispersion. Des gaz lacrymogènes seront lancés par les autorités après que "plusieurs policiers ont reçu des pierres tirées avec des frondes".

L'officier a été blessé selon le commissariat

On apprend par ailleurs que l'homme vu sur la vidéo en train de porter les coups ne serait pas un CRS mais un policier des services locaux de la ville. Le commissariat central a ajouté que l'officier "a été blessé par des tirs de projectiles".

La CGT affirme de son côté détenir désormais des preuves de ce que le syndicat dénonce "depuis 15 jours", tout en signifiant "de source sûre qu'une grande partie des policiers sont contre ces tabassages". Jeudi, entre 2.000 et 7.000 personnes étaient des manifestations observées à Caen.

Crédits photos : prochasson frederic / Shutterstock.com

Partager cet article