Violences faites aux femmes : le Haut conseil dénonce un budget "insuffisant" de l'Etat

Par , publié le
Politique Photo d'illustration. Les violences conjugales.
Photo d'illustration. Les violences conjugales.

Le Haut conseil à l'égalité a analysé les actions de l'Etat concernant les violences faites aux femmes lors des 2 dernière années. Il émet des réserves quant aux financements alloués.

Le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a été créé en 2013 par le président Hollande. Sa mission, "assurer la concertation avec la société civile et d’animer le débat public sur les grandes orientations de la politique des droits des femmes et de l’égalité".

Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, l'instance nationale consultative a évalué le dernier plan du gouvernement, développé ces deux dernières années.

Les dernières actions jugées satisfaisantes

Pour l'instance, le bilan est "Globalement satisfaisant, à poursuivre". Il observe notamment que le "corpus de nouvelles lois ayant permis depuis 2014 de mieux prendre en compte" ce fait de société qui concerne 223.000 Françaises en moyenne chaque année (violences physiques ou sexuelles).

Cependant, dans son rapport rendu public ce jour, il émet des "inquiétudes" quant au financement de l'arsenal des mesures décidées en la matière.

Des réserves émises par le HCE

Mais "Malgré des demandes réitérées, le Haut Conseil n'a pas pu disposer du plan de financement faisant apparaître, ministère par ministère, les crédits alloués. Seules des informations parcellaires (...) nous ont été transmises (...) En tout état de cause, et même dans l'hypothèse probable d'un effort substantiel de doublement des crédits, il semble que le budget consacré par l'Etat soit encore significativement insuffisant eu égard aux besoins".

La chaîne LCI, qui a pu lire ce rapport de 40 pages en exclusivité, a recueilli les propos de Margaux Collet, responsable des études au sein du HCE. Selon elle, "Ce constat d'un budget insuffisant et d'un manque de suivi, c'est en fait assez récurrent. Aujourd'hui, les violences faites aux femmes ne relèvent plus seulement de l'intime : les politiques s'en saisissent, des études sur le sujet existent depuis dix ans. Des lois, des plans et des dispositifs ont vu le jour, comme le numéro d'urgence 39 19... Mais ce qui nous manque pour les appliquer efficacement, ce sont des moyens à la hauteur des besoins".

Que préconise alors l'instance ? Dépasser le taux de 0,0066 % du budget de l'Etat consacré au ministère en charge des Droits des femmes. Et ainsi, se montrer à la hauteur de sa ratification de la convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes. Le HCE réclame ainsi la création d'un fonds interministériel à hauteur de 100 millions d'euros, la mise en place d'une campagne de testing auprès des gendarmeries et commissariats pour évaluer la prise en charge des victimes de violences.

Crédits photos : ChameleonsEye/Shutterstock.com

Partager cet article