Vincent Lindon sur la condamnation de Rob Lawrie : "Cet homme, c'est un Juste"

Par , publié le
People Vincent Lindon invité de France Inter le 15 janvier 2016
Vincent Lindon invité de France Inter le 15 janvier 2016

Invité vendredi matin de France Inter, le comédien Vincent Lindon s'est notamment insurgé de la condamnation de Rob Lawrie, ce Britannique qui avait caché une fillette afghane dans son véhicule sur demande son père pour la sortie de la "jungle" de Calais.

Mercredi prochain sortira dans les salles le nouveau film de Joachim Lafosse, Les Chevaliers Blancs avec Vincent Lindon en tête d'affiche. Le comédien était l'invité vendredi matin de France Inter pour présenter ce drame dans lequel il interprète Jacques Arnault, président d'une ONG faisant venir en France des enfants africains en bas-âge pour leur trouver de nouvelles familles.

Outre son exercice de promotion, Vincent Lindon a également été amené à se livrer au commentaire de plusieurs autres actualités, telle la venue de Manuel Valls au talk-show de Laurent Ruquier On n'est pas couché ou encore la sortie prochaine du nouvel album de Renaud. Présenté comme un "acteur engagé", il s'est logiquement exprimé sur la récente condamnation de Rob Lawrie à mille euros d'amende avec sursis.

Rob Lawrie condamné à 1.000 euros d'amende avec sursis : "on a cherché la petite bête" pour Vincent Lindon

Rappelons que cet ex-militaire britannique de 49 ans, depuis reconverti dans le bénévolat humanitaire, était traduit devant la justice pour avoir aidé une réfugiée afghane de 4 ans à rejoindre sa famille en Grande-Bretagne, et ce sur demande de son père. Et si la peine finalement prononcée s'est avérée bien moindre que celle qu'il risquait (5 ans de prison), elle apparaît encore trop élevée aux yeux de Vincent Lindon : "On a quand même cherché la petite bête et on lui a trouvé une peine de 1.000 euros parce qu'il n'avait pas mis la ceinture de sécurité à la petite fille. [...] En 2016, faire planer encore la menace de punir quelqu'un qui vient en aide aux personnes défavorisées, [...] c'est incroyable, c'est contre les droits de l'Homme. [...] Cet homme, c'est un Juste. [...] On devrait le remercier."

"C'est un truc qui me met hors de moi"

La conséquence néfaste de cette décision de justice, selon le comédien, va être de décourager des personnes qui auraient pu être tentées de suivre l'exemple de Row Lawrie : "Il y a des gens qui n'ont pas tous le courage de ce Rob Lawrie, et qui se disent que s'il y a cette menace d'être condamné pour ceci ou pour cela, ils ne vont pas y aller. Il faut juste enlever cette loi. Laisser les gens aider les autres. C'est notre problème. De quoi je me mêle ? Les gens font ce qu'ils veulent avec leur argent, leur appartement et leur maison. Si on a envie d'accueillir quelqu'un, on a le droit. Après on verra comment on peut l'intégrer dans la société. Faut y aller par paliers. [...] Mais déjà on part perdants. C'est un truc qui me met hors de moi. [...] Rien ne change."

Crédits photos : capture d'écran Dailymotion

Partager cet article