Vincent Bolloré estime que Canal+ "est redressé"

Par , publié le
France Le patron du groupe Vivendi, Vincent Bolloré ici en 20122.
Le patron du groupe Vivendi, Vincent Bolloré ici en 20122.

Le président du conseil de surveillance de Vivendi Vincent Bolloré estime aujourd'hui que Canal + est désormais "redressé" et que les résultats attendus "seront assez visibles assez rapidement".

Présenté, à tort ou à raison, comme le grand méchant loup ayant soufflé sur tous les étages de la maison Canal+ au risque de n'en faire plus qu'une coquille vide, Vincent Bolloré pense toutefois que les mesures d'austérité prises au sein du groupe porteront bientôt leurs fruits.

Durant sa première audition devant la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication du Sénat, le président du conseil de surveillance de Vivendi a ainsi déclaré : "Je pense qu'en réalité Canal est redressé. Les résultats seront assez visibles assez rapidement".

Canal+ : bientôt des résultats visibles de redressement selon Bolloré

Cet apparent optimisme, comme rapporté par nos confrères de L'Obs, semble en partie s'expliquer par la sensible hausse du nombre d'abonnés en juin suite à une offre combinée avec beIN Sports. Précisons que ce succès n'aurait possiblement pas été aussi fort si l'Euro 2016 (dont beIN Sports retransmet tous les matches) n'avait pas eu lieu en ce même mois.

Outre ses problèmes internes, Canal+ doit également répondre à une concurrence n'apparaissant pas tellement imitée au niveau de ses moyens, ce qui est déjà moins le cas pour la chaîne cryptée. D'autant plus que, comme l'a signifié dans le même temps le directeur général de Canal+ Maxime Saada, la chaîne pourrait connaître un nombre d'abonnés intérieur à 4 millions d'ici la fin de l'année.

Critiques : "des blagues" avancées pour "éviter la diète"

À l'assistance présente, Vincent Bolloré a ajouté : "Vous avez d'abord un problème numéro un qui est : est-ce que vous voulez un champion national ? Ça, les parlementaires ont à se prononcer là-dessus. Si vous voulez en effet qu'il n'y ait pas de champion national, c'est relativement facile. Vous mettez des mesures anti-concentration et vous aurez ce que vous avez aujourd’hui, c'est-à-dire aucun groupe français qui essaye de porter la culture française à l'extérieur et donc mourront petit à petit tous ceux qui seront dans ce secteur".

Avant de s'exprimer face aux critiques émises à son encontre : "Je pense que tout cela ce sont des blagues qui ont été mises en avant pour éviter la diète, parce que ce n'est pas agréable quand on a été un groupe tout puissant, qu'on faisait beaucoup d'entre-soi, de se retrouver tout d'un coup comme les autres à faire un peu attention à ce qu'on dépense".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus