Viande bovine : Les éleveurs en colère font céder Carrefour

Par , publié le
Économie Les éleveurs bovins en colère.
Les éleveurs bovins en colère.

Après plusieurs série d'actions devant des magasins de l'enseigne de grande distribution Carrefour, le principal syndicat d'éleveurs -la FNB- a réussi à faire plier le distributeur qui, selon eux ne payait pas suffisamment leur production de viande bovine.

Carrefour a plié… Après la "crise du lait' et la mobilisation des syndicats agricoles contre le géant du lait Lactalis, c'est la FNB (Fédération Nationale Bovine) qui vient de "remporter une victoire" en signant un accord avec Carrefour qui vise à conduire à une meilleure rémunération des producteurs de viande bovine.

Selon les agriculteurs, le distributeur Carrefour ne rémunérait pas suffisamment la production de viande bovine. Les éleveurs bovins demandaient immédiatement l'augmentation d'un prix d'un euro du kilo afin d'équilibrer leur coût et leur charge.
Le groupe Carrefour a accédé hier aux demandes des éleveurs et de rémunérer ces derniers en fonction des coûts de production, calculés notamment à partir d’un réseau de fermes de référence et d’un indice prenant en compte l’ensemble des coûts de production de l’exploitation, incluant la rémunération du producteur, précise le président de la FNB.

En moins de 2 ans, le prix de la viande bovine a perdu 70 centimes par kilo, soit une perte moyenne de 300 euros par animal vendu.

"On alerte sur notre précarité" : Cyrille Forest éleveur à Cosne-Cours-sur-Loire

Interrogé sur France 3 dans le 19/20, Cyrille Forest éleveur à Cosne-Cours-sur-Loire (Nièvre) s'était défendu juste avant la signature de l'accord :
"Jusque-là, Carrefour refuse de discuter avec nous au contraire du groupe Système U qui a mis un euro de plus du kilo. On alerte Carrefour sur notre précarité mais ils ne veulent pas discuter le prix d'achat de notre viande. Cette crise éclate maintenant car Carrefour refuse depuis des mois de discuter avec nous sur l'augmentation d'un prix d'un euro du kilo, qui justifierait un minimum, nos coûts et nos charges", concluait Cyrille Forest.

De nombreuses faillites d’éleveurs bovins en perspective

Le président de la FNB Jean-Pierre Fleury estime que de nombreuses faillites d’éleveurs bovins (près de 30.000) pourraient se déclarer dès l’automne en raison des répercussions que la crise laitière européenne pourrait avoir sur le marché de la viande.

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll recevra les éleveurs bovins le 14 septembre prochain afin d'organiser le futur de la filière bovine.

Crédits photos : capture écran compte Twitter @EleveursBovins

Partager cet article

Pour en savoir plus