Vertigineux : l'univers est composé de 10 fois plus de galaxies que ce que l'on croyait

Par , publié le
Sciences Dans l'encadré, la galaxie GN-z11 observée par Hubble.
Dans l'encadré, la galaxie GN-z11 observée par Hubble.

Le nombre de galaxies admis jusqu'ici par la communauté scientifique était déjà astronomique, mais il a été multiplié par dix.

Une équipe internationale d'astronomes a publié jeudi une étude qui donne le vertige. Jusqu'à présent, les experts de l'univers estimaient que ce dernier compte entre 100 et 200 milliards de galaxies, ce qui a déjà de quoi faire tomber de sa chaise quiconque essaie d'en tirer une vague représentation mentale.

Mais d'après ce que Astrophysical Journal vient de relayer, il y en aurait en fait 2.000 milliards.

Un nombre obtenu grâce à l'infatigable Hubble

Le professeur Christopher Conselice (Université de Nottongham) et son équipe se sont basés sur les données fournies par plusieurs télescopes, dont l'inusable Hubble. Par la suite, les scientifiques ont élaboré des images en trois dimensions, et extrapolé le nombre de galaxies présentes à différentes époques de l'histoire de l'univers.

Et pourtant, les télescopes dont ils disposent à présent n'autorisent l'étude que d'1 galaxie sur 10. "C'est sidérant que penser que 90% des galaxies du cosmos doivent encore être étudiées", s'exclame le Pr. Conselice.

Encore plus de galaxies dénombrées à l'avenir ?

Et il poursuit : "Qui sait ce que nous allons découvrir quand nous serons en mesure d'étudier ces galaxies grâce à la nouvelle génération de télescopes ?". Justement, c'est vers l'année 2024 qu'entrera en service, si tout se passe bien, l'European Extremely Large Telescope qui est en cours de construction au Chili. Il faudra également compter, pour voir encore plus loin, sur le Thirty Meter Telescope (TMT) qui est en projet, cette fois à Hawaï.

François Hammer, astronome de l’Observatoire de Paris et spécialiste de la formation des galaxies, confirme à l'AFP l'hypothèse d'un nombre de galaxies à élargir encore à l'avenir : "Le professeur Conselice a fait ce qu’on peut faire de mieux à notre époque (…) C’est un travail qui ne pourra être confirmé que lorsque nous aurons des télescopes géants qui nous permettront de voir beaucoup mieux dans ces régions lointaines".

Crédits photos : Nasa, Esa, P. Oesch

Partager cet article

Pour en savoir plus