Var : un corps calciné et découpé découvert par la police

Par , publié le
Faits Divers
Illustration. Un véhicule de la police nationale.

Lundi soir dans le Var, la police a retrouvé un corps découpé en morceaux et qui était en train de se consumer. La victime serait un homme âgé de 20 à 30 ans et n'ayant possiblement pas survécu à un coup reçu sur la tête.

La macabre découverte a eu lieu lundi soir au Pradet, non loin de Toulon (Var). Alors qu'elle avait été interpellée à intervenir pour un incendie, la police s'est trouvée face à une valise et deux sacs en train de brûler. Un inspection de leur contenu aura révélé la présence de plusieurs morceaux d'un corps humain.

Comme le précisent nos confrères d'Europe1, la valise renfermait la tête et le tronc, l'un des sacs le bassin et les jambes découpées au niveau des genoux et l'autre les tibias et les pieds. Il apparaît que le tout, aspergé d'alcool ou d'essence, brûlait depuis assez peu de temps avant l'arrivée des forces de l'ordre.

Corps découvert dans le Var : mort par choc cérébral ?

La mort serait intervenue moins d'un jour avant la découverte, et les premiers éléments communiqués de l'enquête d'attester de contenants déposés par une voiture en marche arrière. Les occupants du véhicule auraient cherché à ne pas attirer l'attention.

L'âge de la victime serait compris entre 20 et 30 ans. Elle serait de sexe masculin et son décès pourrait avoir été causé par un coup porté sur la tête. Des marques de coups de couteau ont de même été relevés, et le parquet de supposer que ces traces pourraient avoir été effectuées après la mort.

La scie, pas forcément l'outil du découpage ?

Non loin du lieu où a été découvert le corps se trouvait une scie. Le lien entre l'outil et les membres découpés ne se veut cependant pas si évident que cela, les enquêteurs estimant ainsi que la scie aurait provoqué des entailles moins régulières que celles observées sur le cadavre.

Une autopsie prévue pour ce mardi devrait lever le voile sur les circonstances exactes du drame, alors que la police judiciaire (PJ) de Toulon a été notamment chargée d'en identifier et d'en retrouver les auteurs.

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article