Valls : "pas de place pour les aventures individuelles" à gauche

Par , publié le
Politique Manuel Valls
Manuel Valls

Le Premier ministre Manuel Valls a fait savoir mardi soir qu'il condamnait "les aventures individuelles" à gauche en vue de la présidentielle de 2017, sans toutefois nommer ses cibles.

La gauche indivisible et concernée semble apparaître aux yeux de Manuel Valls comme l'unique façon de rendre le mouvement fort et puissant en vue d'échéances majeures. Mardi, le Premier ministre a ainsi signifié aux parlementaires socialistes qu'il ne voulait plus de cette "machine à perdre".

"Si on ne bouge pas, la gauche disparaîtra ! [...] Si on ne bouge pas, la gauche sera ultra minoritaire à l'Assemblée nationale! Oui la gauche telle que nous l'imaginons, utile, assumant les responsabilités de l'exercice du pouvoir, peut mourir, mais moi je veux qu'elle vive !"

Présidentielle : Valls fustige une gauche solitaire

Dans la soirée, à l'occasion d'un séminaire de rentrée, Manuel Valls a interpellé les députés du Parti socialiste (PS) sur les candidats de la gauche appelés à prendre part à l'élection présidentielle. Pour le ministre, "il n'y a pas de place pour les aventures individuelles. C'est ne rien comprendre à l'Histoire qui s'est invitée, à la tragédie parfois, à la mort qui s'est imposée au cours de ces dernières années, c'est ne rien comprendre aux aspirations du peuple français".

Macron dans le viseur du Premier ministre ?

Si les cibles non explicitement mentionnées par le Premier ministre sont vraisemblablement plus d'une, celle qui se dessine le plus facilement dans l'esprit semble l'ex-ministre de l'Économie Emmanuel Macron. Ce dernier a ainsi quitté le gouvernement fin août pour se consacrer à son mouvement En Marche ! fondé en avril dernier.

Et récemment, durant un petit-déjeuner, Emmanuel Macron a assez clairement indiqué que, sauf dégringolade dans l'opinion, il sera de la présidentielle l'an prochain : "Si cette dynamique se maintient, il n’y a aucune raison que je n’aille pas jusqu’au bout". Et pour possiblement confirmer cette intention de participer au scrutin de 2017, il aurait également déclaré : "Je ne suis pas là pour appeler à voter pour quelqu’un, je suis là pour gagner".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article