Valls appelle les Français juifs à "ne pas douter de la France"

Par , publié le
Politique Manuel Valls, le premier Minisitre
Manuel Valls, le premier Minisitre

À l'occasion du 31ème dîner annuel du Crif, le Premier ministre Manuel Valls a appelé les Français juifs à "ne pas douter de la France" et à poursuivre un travail de construction de l'Hexagone qu'ils avaient eux-mêmes initié.

Lundi soir avait lieu le 31ème dîner annuel du Crif (Conseil Représentatif des Institutions juives de France). À cette occasion, le Premier ministre Manuel Valls a pris la parole initialement réservée à François Hollande. Ce dernier était ainsi censé apporter une réponse à l'"angoisse" exprimée par le président du Crif Roger Cukierman quant à la position des Juifs de France dans un climat leur apparaissant quelque peu délétère.

L'exécutif ayant dû maintenir sa présence à un sommet extraordinaire UE-Turquie concernant la crise des migrants, c'est M. Valls qui a prononcé le discours préparé par le président de la République, auquel il a cependant ajouté quelques morceaux de son cru.

Dîner du Crif : Valls et Hollande répondent aux inquiétudes des Juifs de France

Alors que M. Cukierman avait manifesté son étonnement quant au retard d'une certaine disposition, le Premier ministre a indiqué que cette dernière, qui vise "à sortir les délits antisémites et racistes du droit de la presse pour les faire rentrer dans le droit commun figurera dans le projet de loi Égalité et citoyenneté, soumis au Parlement au printemps". Et d'ajouter : "Ainsi, il sera dit de la manière la plus claire que la liberté d'expression, que nous chérissons, ce n'est pas le permis de répandre la haine".

Lutte contre l'antisémitisme : des combattants honorés

Dans des propos repris par Challenges.fr, Manuel Valls a également appelé les Français juifs à "ne pas douter de la France. [...] Les Juifs de France ont bâti la France. Ils doivent continuer de la bâtir !" Le Premier ministre s'est aussi autorisé quelques libertés dans le discours qu'il avait devant ses yeux pour signifier que "mener des politiques fortes contre l'antisémitisme ou l'antisionisme ne fera pas perdre des voix ici ou là dans tel ou tel quartier", mais au contraire "honorera tous ceux qui seront engagés dans ce combat".

Crédits photos : © Lionel Guericolas (Visual Press Agency) pour Public Sénat

Partager cet article

Pour en savoir plus