Val-de-Marne : à 13 ans, il était en partance

Par , publié le | modifié le
France (Photo d'illustration)
(Photo d'illustration)

Trois frères dont le plus jeune n'a que 13 ans, ont été interpellés en région parisienne dans le Val-de-Marne. Ils avaient été refoulés à la frontière turco-syrienne en vue de faire le jihad en Syrie.

Le plus jeune n’a que 13 ans. Trois frères ont été interpellés ce lundi 6 juillet près de Paris. Une arrestation qui intervient quelques semaines après que cette fratrie ait été refoulée à la frontière turco-syrienne, pour aller faire le jihad en Syrie. Les trois frères âgés de 28, 20 et donc 13 ans pour le cadet, avaient selon des sources policières, avaient quitté la France pour la Turquie début juin.

Ces interpellations interviennent dans le cadre d’une enquête ouverte en avril dernier. A la suite de leur arrestation, une perquisition a été effectuée à leur domicile.

13 ans, un candidat assez rare pour le jihad

Si de plus en plus de jeunes partent pour faire le jihad en Syrie, il est en revanche assez rare qu’un candidat aussi jeune soit embrigadé. L’article 421-5 du code pénal prévoit jusqu’à 10 ans dans un établissement pénitentiaire pour mineurs. En revanche, pour ses deux frères ainés qui sont majeurs, une peine ils encourent jusqu’à dix ans d’emprisonnement et 225.000 euros d’amende.

500 jeunes partis faire le jihad

L’année dernière, Manuel Valls indiquait « qu’une douzaine de mineurs français étaient en transit ou se sont rendus en Syrie pour se joindre au jihad ». Un chiffre qui s’ajoute à 500 jeunes qui seraient partis faire le jihad en Irak ou en Syrie. Selon les derniers chiffres, près de 119 personnes y auraient trouvé la mort. Selon le parquet, près de 2000 personnes seraient concernées par cette radicalisation et font l’objet d’une surveillance renforcée.

Invité au Pentagon lors d’une conférence sur la coalition contre l’Etat islamique, Jean-Yves le Drian ministre de la Défense a affirmé que « l’ampleur des frappes à permis à la coalition de bloquer Daech ».

Crédits photos : Majdi Mohammed/AP/SIPA

Partager cet article

Pour en savoir plus