Vague de froid : Les intoxications au monoxyde de carbone en forte hausse

Par , publié le | modifié le
Santé
Un véhicule de pompiers (photo d'illustration)

Depuis le début de la vague de froid, le nombre d’intoxications au monoxyde de carbone ne cesse d’augmenter dans l’Hexagone.

Depuis quelques jours, les Français claquent des dents à cause du froid. Conséquence directe, les besoins en énergie et en chauffage augmentent et parfois, les habitations sont chauffées avec des moyens de chauffage défectueux.

Selon Santé Publique France, le nombre d’intoxications au monoxyde de carbone connaît une très forte augmentation depuis le début de la vague de froid. L’occasion de rappeler les bonnes pratiques afin d’éviter un drame.

Attention au monoxyde de carbone

Selon l’invs, au cours des deux dernières semaines, 83 signalements, exposant 263 personnes, dont 193 ont été transportées vers un service d’urgence hospitalier, ont été rapportés. Trois personnes sont décédées d’une intoxication accidentelle domestique au monoxyde de carbone au cours de deux épisodes impliquant à chaque fois une chaudière.

L’organisme rappelle que tous les incidents recensés sont la faute d’appareils de chauffage ou de cuisson qui marchent au gaz, bois, charbon, l’essence, fioul ou à l’éthanol et qui, mal réglés, dégagent du monoxyde de carbone. Un gaz inodore et incolore qui peut tuer les personnes intoxiquées en moins d’une heure.

Des symptômes à reconnaître

L’inhalation de monoxyde de carbone produit plusieurs symptômes qui doivent alerter les occupants d’une maison. Ainsi, si vous ressentez des maux de têtes, nausées, vomissements et que plusieurs personnes ressentent ces mêmes symptômes dans la même habitation, il faut immédiatement aérer la maison et évacuer la pièce concernée avant de contacter les urgences en appelant le 15 ou le 112.

Pour éviter la production de monoxyde de carbone, il faut penser à faire vérifier régulièrement les appareils de chauffage par des professionnels avant l’hiver. Il faut également veiller au bon fonctionnement du système de ventilation des habitations. L’utilisation prolongée de systèmes de chauffage d’appoint à combustion est également à éviter, tout comme l’utilisation d’appareils non prévus pour le chauffage d’une habitation (barbecue, brasero, cuisinière...).

Crédits photos : jean schweitzer/Shutterstock

Partager cet article