Un grand monument préhistorique découvert à proximité de Stonehenge

Par , publié le | modifié le
Sciences Le site de Durrington Walls, virtuellement reconstitué.
Le site de Durrington Walls, virtuellement reconstitué.

Elles étaient cachées non loin du célèbre site de Stonenhenge : 90 grandes pierres couchées ont été mises au jour par des archéologues. Il s'agirait selon l'un d'eux d'une "sorte d''arène' rituelle".

C'est à peine à 3 kilomètres du très célèbre site archéologique de Stonehenge que la découverte a été faite. Une "fantastique" découverte même d'après Wolfgang Neubauer, l'un des archéologues à la tête du projet.

Lundi, c'est le Stonehenge Hidden Landscapes Project qui en a fait l'annonce : ce sont 90 pierres couchées qui ont été mises au jour, enterrées qu'elles étaient depuis pas moins de 4,500 ans. Explications.

Durrington Walls, un site de grande ampleur

Ce sont des techniques de prospection géophysique qui ont permis la découverte de ce site au sujet duquel les scientifiques imaginaient qu'il s'agissait d'un simple fossé bordé d'un talus. A l'origine, les pierres qui reposaient sous 1 mètre de terre lorsqu'elles furent découvertes, étaient debout, comme le montre cette reconstitution réalisée virtuellement.

Dans son communiqué, le Stonehenge Hidden Landscapes Project précise que le vaste monument a été édifié en forme de "C", et pourrait avoir environ 4,500 ans. De fait, il est "contemporain ou antérieur" à son célèbre voisin.

Stonehenge aurait pu être bâti avec ces pierres

Il n'en fallait pas plus aux archéologues pour échafauder la théorie selon laquelle, puisqu'il manque des pierres à ce monument, ces dernières ont peut-être servi à édifier celui de Stonehenge. Ou du moins, que ce grand symbole de la préhistoire fut bâti par les mêmes hommes. Quoi qu'il en soit, cette mise au jour "change la donne" et offre un nouvel angle sur la vision qu'ont les scientifiques du site.

Le quotidien suisse Le Temps relate que récemment, les vestiges d'un village ont été découverts, pouvant éventuellement attester que les hommes qui ont fondé le site auraient non seulement "vécu là-bas, mais aussi que les pierres qu’ils pourraient avoir utilisées provenaient de là-bas", précisait Wolfgang Neubauer. Désormais, les archéologues vont s'atteler à pratique de nouvelles fouilles, "pour avoir plus d’informations sur la chronologie de ces différents monuments".

Crédits photos : Capture écran / Stonehenge Hidden Landscapes Project

Partager cet article

Pour en savoir plus