Un go-fast intercepté dans la Vienne

Par , publié le
Faits Divers La gendarmerie nationale a posté une photo de la drogue saisie
La gendarmerie nationale a posté une photo de la drogue saisie

Sept personnes ont été interpellées dans un go-fast intercepté aux environs de Châtellerault dans la Vienne. 225kg de cannabis ont été saisis.

Les autorités n’ont pas eu à chercher très longtemps, la drogue était à certains endroits à portée de vue. Ce jeudi 18 juin, la gendarmerie de la Vienne a annoncé qu’un go-fast a été intercepté sur l’A10. Circulant dans le sens Bordeaux-Paris, ce convoi qui vraisemblablement venait d’Espagne a été sais avec 225 kg de cannabis à son bord.

Selon RTL qui a rapporté l’information, les trafiquants circulaient à bord e quatre voitures, dont la voiture dite « porteuse » était chargée de résine de cannabis. "Le go-fast était très bien organisé, avec des voitures ouvreuses et porteuses encadrées par des véhicules de surveillance: ce ne sont pas des amateurs, c'est du travail de professionnel" confie une source policière.

Sept personnes interpellées dans le go-fast

Le convoi, composé de quatre puissantes berlines, contenait sept personnes à son bord toutes interpellées. Il y a eu au préalable une course-poursuite à 240 km/h qui s’est terminée par l’immobilisation des véhicules. "Il y a eu de la résistance et de la tôle froissée" confie une source policière. Deux personnes ont fini par prendre la fuite à pied à travers la campagne, avant d’être retrouvées deux heures plus tard.

Un go-fast Espagne à Mantes-la-Jolie

Les autorités ne cachent pas leur satisfaction après l’arrestation de ces personnes. Les enquêteurs de la gendarmerie avaient placé ce réseau sous surveillance depuis près de quatre mois : « Cette enquête a permis le démantèlement d'un réseau de criminalité organisée qui s'adonnait à l'importation massive de résine de cannabis depuis l'Espagne vers le secteur de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines ».

Les autorités ont précisé que les voyages pouvaient se répéter tous les mois. Risquant plusieurs années de prison, les prévenus sont âgés de 22 à 35 ans et sont déjà connus pour trafic de stupéfiant.

Crédits photos : gendarmerie nationale

Partager cet article