Un Français atteint par la bactérie NDM-1 placé en isolement

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Un chercheur en laboratoire.

Au CHU de Reims, un Français atteint par la bactérie NDM-1 a été placé ne isolement. Pour l'heure, elle résiste à tous les antibiotiques et aucun traitement ne permet d'en venir à bout.

NDM-1, une bactérie qualifiée aussi de superbactérie originaire d'Asie. Un Français de retour du Vietnam qui en est atteint a été placé en isolement au sein du CHU de Reims, après une hospitalisation à Châlons-en-Champagne. Un isolement requis afin que cette bactérie ne se propage pas. Car si l'une de ses particularités est sa résistance à un large spectre d'antibiotiques, elle est aussi potentiellement mortelle.

L'hôpital de Châlons, dans un communqiué, a indiqué qu'"A ce jour, l'ensemble des dépistages réalisés chez les patients présents dans l'établissement n'a pas retrouvé la présence de cette bactérie".

Que sait-on de la bactérie NDM-1 ?

L'acronyme NDM-1 est utilisé pour signifier New Delhi metallo-beta-lactamase, car elle provient du sous-continent indien. Elle a été discernée pour la première fois en 2009, portée par un touriste suédois. L'Inde ou d'autres pays du sous-continent sont visités par  de plus en plus de personnes du monde entier qui s'y rendent à des fins de tourisme médical.

Chirurgie esthétique, chirurgie cardiaque y sont pratiquées à moindre coût mais les antibiotiques sont très souvent trop utilisés. La mutation engendrée explique pourquoi cette entérobactérie, comme d'autres, est d'une grande résistance.

"Un élément de sévérité important" 

RTL  a interrogé François Bricaire, infectiologue. Selon lui, "La NDM-1 est un élément de sévérité important (...) Le plus souvent, on en est porteur, c'est-à-dire qu'on l'a à l'intérieur de son tube digestif, mais on n'en est pas malade". En revanche, c'est quand elle est développée qu'elle peut conduire à de graves infections. "C'est le gène de résistance, qui entraîne la résistance aux antibiotiques qui fait qu'on peut avoir un traitement inapproprié ou un retard au traitement", précise le Dr Vincent Stoeckel, responsable de lutte contre les infections nosocomiales au Centre hospitalier de Châlons-en-Champagne, interrogé par France 3.

A l'heure actuelle, si certains traitements sont capables de freiner une infection causée par la NDM-1, grâce à la combinaison de plusieurs antibiotiques, il n'existe pas de traitement efficient pour l'éradiquer. En 2010, un citoyen belge en était mort à son retour d'un voyage au Pakistan.

Crédits photos : Dragon Images/Shutterstock.com

Partager cet article