Un député PS relance le débat sur l’impôt sur le revenu pour tous

Par , publié le
France Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis
Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis

Ce samedi, le député PS Razzy Hammadi a déposé un amendement devant la commission des Finances afin d’établir un impôt sur le revenu minimum obligatoire pour tous les français.

Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis depuis juin 2012, a déposé un amendement devant la commission des Finances afin de faire participer tous les français à l’impôt sur le revenu. Il a confirmé cette information au journal Le Parisien.

Entre 30 et 50 euros minimum par français

Le député PS a précisé avoir déposé deux versions de son amendement : "la première crée une tranche supplémentaire qui devient la première tranche" et qui entraîne un "paiement forfaitaire minimum". La deuxième version consiste à "rajouter une ligne à la feuille d'impôt (comme pour la redevance télé) intitulée ‘cotisation civique minimum obligatoire', dont le montant est à fixer par décret". Razzy Hammadi propose que ce montant soit de l'ordre de "30 à 50 euros".
Selon lui, son amendement aurait "reçu une quarantaine de soutiens d'autres députés". "Le socialisme, ce sont des droits, mais aussi des devoirs. L'objectif du gouvernement de poursuivre les baisses d'impôts ne doit pas nous empêcher de continuer notre combat pour la justice de l'impôt", "il faut, en France, des impôts plus bas et des impôts plus justes", justifie le député.

Entre 400 et 600 millions d'euros de recette

Selon les calculs du député, cette mesure rapporterait entre 400 et 600 millions d'euros à l’État, une recette qu'il propose d'ajouter aux 2 milliards d'euros de baisses d’impôts promises aux classes moyennes par le gouvernement pour 2016.
Pour Razzy Hammadi, l'objectif de cet amendement est de "répondre à la frustration de certains de nos concitoyens, alors que plus de 50% de la population ne paye pas d'impôt sur le revenu" et par la même occasion de "contrer les arguments du Front National, selon lesquels toute une partie des Français sont des assistés, et auxquels il faut mettre fin".

Partager cet article

Pour en savoir plus