Un avion de tourisme s'écrase en Charente Maritime, un mort

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Capture d'écran du reportage de France 3 Poiton Charentes
Capture d'écran du reportage de France 3 Poiton Charentes

Hier, dimanche 2 août, un petit avion de tourisme s'est écrasé dans la commune de Saint-Just-Luzac près de Marennes. Le pilote est décédé.

L'accident a eu lieu tout près de l'aérodrome de Saint-Just-Luzac en Charente Maritime (17) dimanche 2 août aux alentours de midi.

Un atterrissage vraisemblablement raté

Un témoin de la scène affirme que l'avion, un monomoteur biplace, est arrivé avec une vitesse trop élevée sur la piste. Constatant le problème, le pilote aurait voulu remettre les gaz pour reprendre de l'altitude et tenter un nouvel atterrissage mais trop tard. L'avion s'est écrasé un peu plus loin contre un arbre sur le site d'une déchetterie qui se trouve à quelques centaines de mètres de l'aérodrome.

Le pilote, un homme d'une soixantaine d'années, originaire de Saint-Laurent-du-Medoc et propriétaire de l'avion était déjà en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des pompiers qui n'ont pas pu le réanimer et n'ont pu que constater son décès.

Ci-dessous, vous pouvez voir le reportage mené par nos confrères de France 3 Poitou-Charentes sur l'accident.

Une enquête est en cours

Le parquet de La Rochelle a diligenté une enquête afin de déterminer les circonstances exactes du drame. La gendarmerie de Rochefort, assistée par la gendarmerie des transports aériens de Mérignac sont chargés de l'enquête destinée à éclaircir l'accident et s'assurer que toutes les autorisations de vol étaient en règles.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce serait bien une erreur de pilotage qui serait à l'origine du crash. La piste de l'aérodrome de Saint-Just-Luzac est réputée pour être particulièrement difficile. L'avion est de construction amateur mais avait passé avec succès tous les contrôles techniques. De tels accidents sont particulièrement exceptionnels mais malheureusement souvent mortels.

Partager cet article

Pour en savoir plus