Ukraine : vives tensions à Marioupol, Kiev menace les rebelles

Par , publié le
International
Des résidents déblaient les ruines d'une maison détruite lors des duels d'artillerie entre les troupes ukrainiennes et les forces séparatistes prorusses, le 10 août 2015 à Golmovsky, un village de la région de Donetsk

La tension est de nouveau montée d'un cran autour de Marioupol depuis lundi. Les rebelles pro-russes tirent des roquettes et l'armée ukrainienne menace de riposter.

L'accord de paix en Ukraine semble de plus en plus fragile depuis lundi. Marioupol est le dernier bastion de Kiev dans la partie est de l'Ukraine, séparatiste et pro-russe. La région de Marioupol est la cible de roquettes de la part des pro-russes et depuis lundi, les tirs se sont intensifiés, faisant des morts et des dégâts.

Kiev et l'Union Européenne haussent le ton

L'armée ukrainienne menace désormais de riposter aux tirs de roquettes par tous les moyens à leur disposition. Le porte parole de l'état major de l'armée ukrainienne, Vladislav Seleznev, a déclaré hier : "la situation est très tendue (...), nous avons prévenu nos partenaires occidentaux que nous riposterions par tous les moyens pour repousser l'agression ennemie" avant de poursuivre : "nous ne pouvons pas risquer la vie de nos soldats, ils doivent pouvoir riposter aux Grad".

Bruxelles a elle aussi haussé le ton : "la nouvelle escalade de violences (...), résultat de plusieurs attaques contre des zones contrôlées par le gouvernement (...) constitue une violation de l'esprit et de la lettre des accords de paix de Minsk". Michael Fallon, le secrétaire d'Etat britannique à la défense en visite à Kiev, a déclaré : "il ne s’agit pas d’un conflit gelé, mais bien plutôt d’une situation brûlante, beaucoup de vos soldats ont été tués après la signature des accords de paix" et de conclure : "je suis là pour réaffirmer notre soutien à l’Ukraine dans sa lutte pour la liberté et son intégrité territoriale".

3 morts et des véhicules blindés détruits

Présente sur le terrain en tant qu'observateur, la mission de surveillance de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe a rapporté de son côté "une hausse significative de cas de violations du cessez-le-feu à l'est et au nord de Marioupol". Hier, mardi, trois personnes sont mortes, un civil, un soldat ukrainien ainsi qu'un rebelle pro-russe. Par ailleurs, plusieurs véhicules blindés mis à la disposition des observateurs de l'OSCE ont été détruits.

Les accords de Minsk semblent désormais bien fragiles. Des consultations ont été menées par le chef de la diplomatie ukrainienne avec ses homologues français, allemands et russes qui avaient mené à bien les accords de paix en février.

Crédits photos : © AFP ALEKSEY FILIPPOV

Partager cet article

Pour en savoir plus