Twitter : les comptes de jihadistes de l'EI piratés par un Anonymous

Par , publié le
Web
L'un des comptes jihadistes piratés.

Après la tuerie d'Orlando, un membre des Anonymous a détourné les comptes Twitter de nombreux jihadistes de l'Etat islamique pour montrer son soutien à la communauté homosexuelle.

Dimanche, la communauté LGBT était à Orlando la cible d'une tuerie faisant 49 victimes dans une boîte de nuit. Trois jours plus tard, quelque 160 comptes Twitter de jihadistes liés à l'Etat islamique étaient piratés, détournés par un hacker membre d'Anonymous.

Les comptes détournés en soutien à la communauté gay

Le pseudo du pirate, WachulaGhost. En lieu et place de la propagande généralement diffusée sur ces comptes, des drapeaux arc-en-ciel et des slogans pro-LGBT. Cependant, le hacker a confié à l'hebdomadaire Newsweek : "Nous n'utiliserons pas de visuels choquants. Notre objectif n'est pas d'offenser la communauté musulmane. nos actions sont dirigées contre les extrémistes. De nombreux membres de notre collectif sont musulmans et nous respectons toutes les religions qui n'ôtent pas de vies innocentes".

Et sur les comptes, tout y passe, de la photo de profil à la description du compte, en passant par le nom même de l'utilisateur ("On n'oublie pas Orlando", peut-on lire sur l'un d'entre eux).

"Plus ils sont furieux, plus je suis content"

Au Washington Post, le pirate explique encore : "Daesh n'aime pas la pornographie. Ils n'aiment pas les femmes en général. Nous avons donc démarré ceci pour nous moquer d'eux et diminuer leur présence en ligne". S'il ne dévoile pas bien sûr son identité, ni son pays d'origine, le hacker dit ne pas avoir peur des représailles : "Mon but, quand je me lève le matin, c'est de voir des messages de Daesh menaçant de me tuer et de me décapiter. Plus ils sont furieux, plus je suis content".

Mais il pointe aussi ce qu'il estime être l'inaction des autorités en la matière : "Le gouvernement n'en a vraiment pas fait assez, particulièrement sur les réseaux sociaux. On voit des images de décapitation partout. Des enfants qui vont sur internet ne devraient pas voir ça".

Crédits photos : Capture écran Twitter

Partager cet article

Pour en savoir plus