Turquie : Le tourisme en crise

Par , publié le | modifié le
International La mosquée bleue le 25 novembre 2014 à Istanbul
La mosquée bleue le 25 novembre 2014 à Istanbul

Les arrivées de touristes étrangers ont chuté de 40 % en Turquie en juin 2016. Le secteur paie la brouille avec la Russie et les nombreux attentats qui ont frappé le pays. Une situation préoccupante après un mois de juillet lui-aussi agité dans le pays.

Le coup d’État manqué du 15 juillet en Turquie a fait le tour des journaux du monde entier. Une actualité qui ne devrait pas améliorer la situation du tourisme dans le pays qui a enregistré un recul spectaculaire sur l’année écoulée.

Plus grosse chute depuis 22 ans

Selon un rapport publié par le ministère turc du Tourisme relayé par Le Quotidien du Tourisme, le nombre de touristes a accusé un net recul de 40,86 % en juin par rapport à l’exercice précédent de juin 2015. Au total, 2,44 millions de touristes étrangers ont visité le pays le mois dernier.

Il s’agit de la chute la plus forte jamais enregistrée selon les statistiques du ministère du Tourisme turc qui ont débuté en 2014. Le précédent record à la baisse avait été établi en mai 2016, avec une chute de 34,7 % du nombre d’arrivées de touristes par rapport à mai 2015.

Terrorisme et brouille avec la Russie

Le tourisme turc paie le lourd tribut de la brouille entre les autorités turques et russes. Les arrivées de touristes russes se sont effondrées de 93 % à cause de cette brouille diplomatique entre les pays qui viennent de se réconcilier. Les nombreux attentats qui frappent la Turquie depuis un an sont également néfastes pour l’industrie touristique du pays.

Les chiffres pourraient être encore plus mauvais pour les périodes de juillet depuis l’attentat à Atatürk, qui a fait 47 morts, et la tentative de putsch manqué en juillet qui a causé la mort de 270 personnes. Deux évènements qui ont entraîné une fermeture temporaire de l’aéroport.

L’an dernier, le secteur du tourisme turc a engrangé 31,5 milliards d’euros au pays.

Crédits photos : © AFP/Archives BULENT KILIC

Partager cet article

Pour en savoir plus