Tunisie : consulat fermé à Tripoli après la libération des diplomates

Par , publié le | modifié le
International Des forces de sécurité libyenne effectuent des contrôles dans le centre de Tripoli, le 3 février 2013
Des forces de sécurité libyenne effectuent des contrôles dans le centre de Tripoli, le 3 février 2013

La Tunisie a décidé de fermer son consulat à Tripoli consécutivement à la libération de dix de ses employés enlevés en Libye samedi dernier.

Le consulat de Tunisie à Tripoli (Libye) devrait prochainement fermer ses portes, si ce n'est déjà fait. C'est en tout cas ce qu'a annoncé, vendredi, le ministre tunisien des Affaires étrangères Taïeb Baccouche suite à la récente libération de dix employés de son consulat.

Samedi dernier, ces derniers avaient été enlevés par un groupe armé libyen, comme nous le rapporte le site iciLome. Si l'on ignore encore, à l'heure actuelle, les motifs précis de ce kidnapping, les médias locaux libyens supposent que celui-ci puisse avoir été motivé par le refus des autorités tunisiennes de libérer un commandant des Brigades des missiles et de l'artillerie de Tripoli. Lesquelles seraient à l'origine de ces enlèvements.

Fermeture du consulat de Tunisie à Tripoli : les 23 diplomates évacués

L'agence de presse tunisienne TAP a indiqué que trois des employés enlevés ont été libérés en début de semaine, suivis par le reste de leurs collègues jeudi. Tous s'apprêtent à retrouver sous peu le sol tunisien, et il nous est précisé que les 23 diplomates de ce consulat ont été évacués à l'aide d'un avion militaire.

La Libye aurait manqué à ses engagements

La décision de fermer le consulat de Tunisie à Tripoli est la conséquence, selon le ministre M. Baccouche, du viol par la Libye de ses engagements de protection des employés des missions diplomatiques étrangères. Il a ajouté que "la Tunisie n'hésitera pas à poursuivre et à punir quiconque s'avise à porter atteinte à ses intérêts", tout en recommandant aux Tunisiens de ne pas se rendre actuellement en Libye sauf s'il leur est impossible de faire autrement : "Ceux qui partiront sans coordination [...] devront assumer leurs responsabilités." Des responsabilités concernant également les Tunisiens résidant en Libye et qui choisiraient de ne pas quitter le pays.

Crédits photos : © AFP/Archives Mahmud Turkia

Partager cet article

Pour en savoir plus