"Truth : Le Prix de la Vérité" : Mary Mapes maintient les faits rapportés

Par , publié le
Cinéma Cate Blanchett dans "Truth : Le Prix de la Vérité"
Cate Blanchett dans "Truth : Le Prix de la Vérité"

Alors que "Truth : Le Prix de la Vérité" s'apprête à sortir dans les salles, Mary Mapes, incarnée à l'image par Cate Blanchett, maintient la véracité d'un reportage qui lui aura coûté sa place au sein de la chaîne CBS.

Demain mercredi sortira au cinéma Truth : Le Prix de la Vérité de James Vanderbilt avec Cate Blanchett dans le rôle principal. Celui de Mary Mapes, qui fut pendant une quinzaine d'années la productrice de Dan Rather, présentateur sur la chaîne américaine CBS du CBS Evening News et du magazine d’enquête 60 minutes Wednesday.

Le long-métrage est un biopic retraçant la descente aux enfers de Mary Mapes initiée en septembre 2004. Ce mois-là est diffusé à l'antenne un reportage consacré au passé militaire de George W. Bush, et de supposer que ce dernier aurait, entre 1968 et 1974, tenté de ne pas prendre part à la guerre du Vietnam en usant de liens familiaux et politiques.

Mary Mapes : le personnage de "Truth" demeure "inflexible" sur Bush

Un documentaire qui, dans un premier temps, met à mal la campagne présidentielle de George W. Bush alors opposé à John Kerry. Le reportage va cependant être pointé du doigt pour des faits présentés pas forcément authentiques, et après la désignation d'une commission d'enquête pour démêler le vrai du faux, Mary Mapes est remerciée en janvier 2005 et Dan Rather lui aussi licencié de CBS quelque temps plus tard.

Près d'une décennie plus tard, Mary Mapes reconnaît d'éventuels soucis de forme, mais reste inflexible sur le fond du reportage, comme elle l'a indiqué à Télérama.fr : "J’aurais peut-être pu couper un propos ici, ajouter une image ou un chiffre-là. [...] Mais je reste formelle sur la véracité des faits qui sont rapportés : George W. Bush a bien profité des relations de sa famille dans l’armée pour échapper à la conscription et à un départ pour le Vietnam au début des années 70."

CBS : la journaliste reproche à la chaîne un non combat

La journaliste considère d'ailleurs avoir été, dans cette affaire, victime de trahison par la chaîne qui l'employait : "CBS, qui appartient au groupe Viacom, n’a pas voulu se battre. La société a eu peur pour son business et sa propre survie. La Maison-Blanche a exercé des pressions afin de remettre en cause notre travail. D’une certaine façon, Dan [Rather] et moi avons été trahis par notre employeur, qui ne nous a pas soutenus."

Et avant de confirmer que Dan Rather et elle continuent de se voir régulièrement, Mary Mapes déplore que la profession de journaliste ne permette plus, de nos jours, d'être incisif sans être automatiquement catalogué de partisan ou de détracteur : "Les journalistes ont perdu le respect de la population, cette profession ne fait plus rêver, contrairement à il y a vingt ou trente ans".

Crédits photos : capture d'écran Dailymotion

Partager cet article