Triangle des Bermudes : le mystère enfin résolu ?

Par , publié le | modifié le
Sciences Le mystère du Triangle des Bermudes, illustré.
Le mystère du Triangle des Bermudes, illustré.

Cette zone, située entre Floride, Porto Rico et les Bermudes, est toujours l'objet de fantasmes. Et une solution pourrait avoir été trouvée à plusieurs milliers de kilomètres de ce triangle, au large de la Sibérie.

En 1950, un journaliste du Miami Herald rapporte des disparitions étranges dans cette zone géographique. 14 ans plus tard, un magazine américain consacré aux phénomènes paranormaux relève la disparition d'une escadrille de cinq avions le  non loin de la Floride.

Depuis, le Triangle des Bermudes n'a cessé de soulever interrogations et fantasmes, bien qu'en 2013, la célèbre organisation WWF ait conclu qu'il ne faisait pas partie des 10 zones les plus dangereuses pour les navigateurs.

Triangle des Bermudes : la solution viendrait de... Sibérie

Et c'est bien loin de la Floride que des scientifiques se sont penchés sur une sérieuse piste. Plus précisément, dans les dolines sibériennes, des crevasses de fonds marins dont la caractéristique est de s'ouvrir sans crier gare. Et non contentes de s'ouvrir, comme cela se produit ces jours-ci dans la péninsule de de Yamal, elles offrent à de gigantesques quantités de méthane la possibilité de s'échapper.

Pour Alan Judd, spécialiste de géologie marine à l'Université de Sunderland en Grande-Bretagne, les nuages de bulles ainsi créés ressemblent "à ceux que l’on observe lorsqu’on ouvre une bouteille de champagne". Puis il ajoute : "Les bateaux sont normalement portés par l’eau, la masse liquide qu’ils déplacent étant supérieure à leur propre masse. Mais si l’eau est remplacée par des bulles de gaz, alors cet effet de portance est perdu"Dès lors, un trou se forme, le bateau est aspiré. Et ce phénomène pourrait s'être régulièrement produit au large de la Floride.

L'explication marche aussi pour les avions

D'accord pour les bateaux. Mais quid de la disparition d'avions ? En l'espèce, le méthane serait aussi fautif. Comme sa composition est plus légère que l'air ambiant, il gagne rapidement en altitude, et s'il est suffisamment dense, il est en mesure de perturber le bon fonctionnement des moteurs et des sondes qui équipent les appareils.

RTL rappelle qu'un tel phénomène gazeux est "le cauchemar des foreurs pétroliers en mer", et qu'au large de l'Indonésie, un bateau de forage de la compagnie Total avait sombré après avoir percé une poche de méthane.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article